samedi 1 octobre 2016

PEUT-ON RIRE DE TOUT ?


Comme disait mon grand-père tous les ans il y a de plus en plus de cons, mais cette année j'ai l'impression que les cons de l'année prochaine sont déja là.
x
 Peut-on rire de tout ?



Il existerait de nombreux thèmes qu’il serait tabou d’aborder, comme la religion ou l’appartenance à une communauté. Il y aurait aussi une pression du "politiquement correct" qui rendrait le travail des humoristes moins "libre " qu’il y a vingt ans , à l’époque des Coluche  ou Desproges... Est-ce si sûr ? Ou bien est-ce le talent qui fait défaut ? 



Sacré sujet en effet que l’humour dans notre société. Et on entend souvent dire qu’il y a des sujets, comme la religion, sur lesquels, aujourd’hui, on ne pourrait plus faire d’humour, qui seraient devenus tabous ou politiquement incorrects.


Est-ce si sûr ? Est-il plus difficile aujourd’hui de raconter des blagues, par exemple, sur les juifs, qu’à l’époque de Desproges et de son sketch « On me dit que des juifs se sont glissés dans la salle. Vous pouvez rester ! » et qui est une formidable dénonciation de l’antisémitisme toujours rampant mais rarement avoué ? N’est-ce pas plutôt le talent et l’intelligence qui sont rares ?



Tabou, le fait de rire de soi ? Ou des travers de telle ou telle communauté ? Prenez les Suisses par exemple qui n’ont pas chez nous la réputation d’être hilarants. Eh ! bien qui se moque mieux des Suisses qu’un Suisse, comme Joseph Gorgoni, avec sa petite leçon de géographie suisse où son personnage, Marie-Thérése Porchet, met en boîte les « bourbines », les Suisses allemands « qui parlent une langue que personne ne comprend à part eux, le suisse allemand, qui est un peu comme de l’allemand mais craché ! »


Il suffit également de réécouter Elie Kakou, ses sketchs sur Madame Sarfati, ou celui avec Elie Semoun : « Vous êtes juif ? ».


Certains humoristes se disent victimes de censure ou du politiquement correct quand on ne les trouve pas drôles ou pas bons ; L’humour est un art difficile et après tout, les goûts et les couleurs… 




Ainsi, Stéphane Guillon devenu tabou, après l’histoire Strauss-Kahn…La méchanceté, est-ce avoir de l’humour ? n’est pas Pierre Desproges qui veut… D’autres humoristes manient le « trash » ou le « pipi-caca-bite-prout ». Là encore, n’est pas Coluche qui veut…
x
 N'y at-il pas des sujets dont on ne doit pas rire, qui par leur gravité entraînent 
automatiquement le sérieux ?
Le rire apparaîtrait alors comme une provocation, le symbole du mauvais goût voire une absence de moralité, mais il peut aussi agir comme un révélateur ou désinhibiteur d'angoisses...

C'est ainsi que l'on peut définir "l'humour noir" : Il ne se pose aucune limite. Il remet tout en question : Il est "subversif", il transgresse les tabous, les interdits. : Il met en pièces l'ordre, les convenances. Il parait choquant voire sacrilège.

"Ce qu'il y a d'enivrant dans le mauvais goût, c'est tout le plaisir aristocratique de déplaire" 
BAUDELAIRE...

L'humour noir a pour objectif de déplaire, d'aller à contre-courant, de dénoncer "l'esprit de sérieux".

L'humour noir est une façon extrême de dénoncer des vérités dérangeantes, pour lesquelles le sérieux se révèle souvent dérisoire et où le silence signifie un aveu d'impuissance : 


Doit-on s'interdire de plaisanter de certains sujets ? (cf "l'affaire" Dieudonné, ou de P. Timsit sur les handicapés).


Plaisanter d'un sujet n'est pas se moquer de la personne concernée si cette personne souffre. c'est au contraire signifier notre impuissance, l'absurdité de la situation . 

Par exemple Pierre DESPROGES plaisantant sur le cancer alors qu'il s'en savait lui-même atteint : Ici le rire a une fonction "défensive", c'est une façon élégante de masquer le désespoir.

Mais si le rire relève de la méchanceté, alors ce n'est plus de l'humour...

x
Doit-on fixer des limites à l'humour ? Mais lesquelles ? Au nom de quelles valeurs ?
N'y a t'il pas risque de censure ?


Résultat de recherche d'images pour "jackturf + les cons"
Au final, Oui, on peut rire de tout, car si tel humour peinera certains, il en réjouira bien d'autres et comme nous sommes 7 milliards sur cette terre je ne vois pas bien comment faire le tri parmi toutes les formes d'humour, à moins de l'interdire purement et simplement sur toute la planète...

Alors, rions, buvons, ripaillons brave gens, car les gens qui se prennent trop au sérieux et Dieu sait qu'ils sont nombreux, ont souvent tendance à oublier que nous naissons nus, allons tous sur le trône de la même façon, avant de retourner à la terre nourrir les asticots...
Qui sommes nous pour prétendre juger ?