jeudi 20 avril 2017

FUSILLADE DES CHAMPS-ELYSÉES : LES LEÇONS DE L'HISTOIRE...

20170421132220796-0Il s'appelait Xavier Jugelé, il avait 37 ans,
mort sous les balles d'un terroriste, mais aussi
de par la lâcheté de nos dirigeants. Ne l'oubliez pas
le 23 avril, au moment d'aller voter. 

Trente années de laxisme ininterrompue et à chaque agression, à chaque attentat, toujours la même litanie...Bernard Cazeneuve et bien d'autres avant lui, sortent de leurs trous comme des rats apeurés et viennent vous annoncer doctement à la télé que tout a été fait pour le mieux et que vous devriez être content qu'il n'y ait pas eu plus de morts, ils remercient les forces de sécurité...Puis content d'eux, ils rentrent dormir, attendant fébrilement le prochain attentat qui viendra les sortir de leur torpeur.

Résultat de recherche d'images pour "Libanisation de la france"

Le 23 avril vous aurez enfin le choix, le vrai, celui de continuer comme avant, en "priant le ciel" de ne pas être la prochaine victime ou de prendre enfin votre destin en main et d'élire la seule personne capable de mettre un terme à cette violence quotidienne qui va crescendo, au point que la "libanisation de la France", n'est plus une utopie mais une réalité chaque jour grandissante.

Résultat de recherche d'images pour "liban attentat"
Demain, au pied de votre immeuble !

Lisez le parcours de cet individu, qui n'aurait jamais du être libre de ses faits et gestes et tirez en les conclusions qui s'imposent, en relisant les premières mesures de Marine Le Pen, qui dès son accession au pouvoir, virera de France "à coups de pieds au cul", tous ces "nuisibles".

Parcours d'un dangereux personnage dans une "France Open Bar" par la grâce d'une idéologie mortifère.

 Le 8 avril 2001, Karim Cheurfi réussi à dérober l’arme de service d’un gardien de la paix et le blesse de trois balles, pendant sa garde à vue. Il fût placé sous mandat de dépôt, après sa présentation au parquet de Melun (Seine-et-Marne).

Karim Cheurfi, âgé de 23 ans, originaire de Livry-Gargan (Seine-Saint-Denis), était déjà en 2001 bien connu des services de police pour vols avec violences.

Le policier, âgé de 25 ans, fût touché à un poumon, à une jambe et à un pied. Il fût aussitôt transporté à l’hôpital de la Salpêtrière, à Paris, où il subi deux opérations.

Dimanche, vers 13 h 15, dans sa cellule de garde à vue, Karim Cheurfi réclame ses médicaments. Le gardien de la paix entre dans la cellule. Aussitôt, il lui saute dessus, le pousse dans le couloir, s’empare de son 38 spécial et tire cinq fois.

Le jeune policier parvient à activer l’alarme, puis plaque au sol son agresseur et le maîtrise. Quatre autres policiers arrivent en renfort. Une fois neutralisé, l’agresseur est transféré en garde à vue à Versailles. Le procureur de Melun le mis en examen pour double tentative d’assassinat. Deux jours plus tôt, Karim Cheurfi avait déjà fait deux blessés graves.

Circulant à bord d’une Peugeot 405 volée à Roissy-en-Brie, il fait une erreur de conduite et accroche un autre véhicule et prend la fuite en voiture. A l’intérieur, David, 27 ans, élève à l’école des gardiens de la paix de Draveil (Essonne), et son frère âgé de 22 ans. Tous deux décident de suivre l’automobiliste pour dresser un constat.

Ancien adjoint de sécurité au commissariat de Pontault-Combault, David repère les plaques suspectes du véhicule et prévient ses collègues policiers par téléphone. Course-poursuite à vive allure. Les deux voitures finissent leur course dans le fossé. David place un brassard de police sur son bras et sort de son véhicule.  Karim sort un revolver et tire plusieurs coups de feu.

Les deux frères sont blessés à l’abdomen. L’un a été transporté à l’hôpital de Lagny, puis à celui de Bobigny, l’autre au centre hospitalier de Melun. Leurs jours ne seront pas en danger.



Karim Cheurfi, (Abu Yusuf al-Baljiki) photo Copains d’Avant
Le même Abu Yousef al-Belgiki se retrouve en 2016 sur une liste de documents fuités de l’organisation islamique avec le nom de Abu Yusuf al-Maghribi.


Puis on retrouve le nom de Cheurfi célébré par l’Etat islamique :


Au lieu d’être derrière les barreaux le restant de sa vie pour protéger d’autres vies humaines, Karim Cheurfi, 39 ans, vient de tuer un policier, et d’en blesser grièvement deux autres, avec une arme de guerre, après avoir annoncé sur les réseaux sociaux qu’il allait tuer des policiers…

A qui le tour ?


Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.