vendredi 2 juin 2017

ALLEMAGNE, ÉPIDÉMIE DE CRIMES D'HONNEUR...

GERMANY: 

WAVE OF MUSLIM HONOR KILLINGS


The trial of a Kurdish man who tied one of his three wives to the back of a car and dragged her through the streets of a town in Lower Saxony has drawn attention to an outbreak of Muslim honor violence in Germany.

Kader K. liegt auf der Intensivstation, inzwischen ist sie aus dem Koma erwacht. Rechts: Der Täter, Nurettin B. Foto: Privat, eberhard wedler

Le procès d'un Kurde qui a "attaché" une de ses trois épouses à l'arrière d'une voiture et l'a traînée dans les rues d'une ville de Basse-Saxe a attiré l'attention sur une "épidémie" de crimes d'honneur en Allemagne. Ou quand le "vivre ensemble" devient difficile à vivre  pour les Allemands, confrontés désormais à une violence quotidienne qu'ils ne connaissaient pas à ce jour.

Témoignages : 
Le crime d'honneur - allant de la violence émotionnelle à la violence physique et sexuelle au meurtre - est habituellement menée par des hommes, contre des membres de la même famille, qui sont perçus comme ayant fait honte à une famille ou à un clan.
Les infractions comprennent le refus d'accepter un mariage arrangé, la relation avec un non-musulman ou une personne non approuvée par la famille, refusant de rester dans un mariage abusif ou de vivre un mode de vie excessivement occidental. Dans la pratique, cependant, les lignes entre les crimes d'honneur et les crimes de passion sont souvent floues et "tout défi" envers l'autorité masculine peut provoquer des représailles, parfois brutales.

Le 22 mai, un tribunal de Hanovre a jugé un Kurde âgé de 39 ans originaire de Turquie nommé Nurettin B. qui a tenté d'assassiner sa deuxième épouse, Kader K., âgée de 28 ans, après qu'elle lui a demandé un soutien financier de deux années pour son fils. La procureure nationale Ann-Kristin Fröhlichreconstruit les actions de Nurettin B.:

«Vers 18 heures, le 20 novembre 2016, Nurettin B. entra dans sa voiture à Hamelin pour rencontrer Kader K. Le coffre contenait un couteau, une hache et une corde. Assis à l'arrière de la voiture, leur fils de deux ans, qui avait passé le week-end avec lui. Dans la rue, l'ancien couple se dispute et il commence à la frapper. Puis il prend le couteau et le plonge dans sa poitrine. La lame de 12,4 centimètres passe le pericardium et le muscle cardiaque. Un deuxième coup, ouvre la cavité abdominale gauche. Nurettin B. sort alors sa hache. Avec le côté émoussé, il frappe la tête et le haut du corps, lui ouvrant alors le crâne.

"Ensuite, il saisit la corde. D'un bout, il fait un nœud de gibet autour de son cou, puis il attache l'autre extrémité à l'attelage de la remorque à l'arrière de  sa VW Passat. Nurettin B. parcourt les rues à 80 km / h (50 mi / h). Après 208 mètres (680 pieds), la corde se casse. Kader K. est alors propulsée contre le bitume. Nurettin B. est conduit au poste de police. L'enfant est toujours assis sur le siège arrière. "


Le juge président Wolfgang Rosenbusch a demandé à Kader K., qui s'est retrouvée dans le "coma" pendant des semaines, de raconter son histoire. Elle a déclaré que "l'horreur" a commencé immédiatement après "leur mariage islamique selon les lois de  la charia" (le mariage n'est pas valable selon la loi allemande) en mars 2013, lorsque Nurettin B. lui interdit d'avoir un quelconque contact avec ses amis et sa famille. Elle était autorisée à quitter la maison uniquement pour les achats d'épicerie et les visites médicales. Elle n'avait pas le droit d'avoir un téléphone mobile. Rosenbusch a un moment demandé : "Est-ce qu'il a un problème avec les femmes ? Kader K. a répondu: Il croit que les femmes sont des esclaves ; Qu'elles doivent se taire.
Nurettin B. a confessé le crime mais insiste sur le fait qu'il n'a pas été prémédité.Il a été accusé de tentative de meurtre et fait face à une peine maximale de 15 ans de prison.
Le 9 mai, un tribunal de Kiel condamné un homme turc de 35 ans à deux ans et demi de prison pour avoir tiré "dans les genoux" de son épouse et l'avoir ainsi "paralysée définitivement", dans l'espoir qu'elle ne serait plus attrayante envers les autres Hommes. La cour a entendu comment l'homme a emmené sa femme au fond d'une mosquée locale après les prières du vendredi, l'a accusé d'avoir offensé son honneur et a tiré, en lui disant : "Maintenant", tu ne pourras plus marcher et tu resteras à la maison. 
Au tribunal, cependant, la femme, sous la pression de sa famille ou de la mosquée, a déclaré à la cour qu'elle s'était réconciliée et qu'elle allait au conseil de mariage. Certains observateurs ont estimé que le différend aurait pu être résolu dans un tribunal de la "charia". En tout état de cause, le tribunal allemand a permis à l'homme de rentrer chez lui avec sa femme et ''on ne sait pas'' quand il va purger sa peine, s'il la purge un jour....
Amer K. im Gerichtssaal. Er muss zwölf Jahre ins Gefängnis. Foto: BILD
À Münster, un tribunal a condamné un homme libanais de 36 ans nommé Amer K. à 12 ans de prison pour avoir "poignardé sa femme". Le tribunal a entendu comment Amer K. a poignardé Fatima S., âgée de 26 ans, la mère de ses trois enfants, dans la poitrine et le cou "plus de vingt fois" avec un grand couteau de cuisine parce qu'elle voulait divorcer.

Der Täter (vorne) und sein mitangeklagter Bruder vor Gericht
Quelle : dpa

Pendant ce temps, un tribunal de Hanau a condamné un réfugié syrien de 22 ans à douze ans de prison pour avoir "tué" sa sœur de 30 ans, Ramia A., avec un couteau de cuisine. Elle était enceinte de "23 semaines" et était accusée d'avoir fait honte à sa famille. Son enfant à naître est également "mort" dans l'attaque.
La véritable ampleur du problème de l'Allemagne en matière de crimes d'honneur est inconnue : de nombreux crimes ne sont pas signalés et des statistiques fiables n'existent pas. Des preuves empiriques indiquent cependant que "les crimes d'honneur" - issus de "la loi islamique, la charia" - ont métastasé dans tout le Pays, depuis que la chancelière Angela Merkel a ouvert les portes à "deux millions de migrants" en provenance d'Afrique, d'Asie et du Moyen-Orient.
En mars 2011, l'Institut Max Planck a publié une étude marquante sur les crimes d'honneur. L'étude a analysé tous les crimes considérés comme ayant eu lieu en Allemagne entre 1996 et 2005. Le rapport a révélé qu'il y avait deux meurtres d'honneur en 1998 et 12 en 2004. En 2016, ce nombre est passé à plus de 60, soit une augmentation de 400%, selon le site web Ehrenmord .
Le nombre réel de crimes d'honneur est probablement beaucoup plus élevé. Une censure importante, de la part de la police et des médias visant à restreindre les sentiments anti-immigration, rend impossible à connaître les noms et les origines des nombreuses victimes ou auteurs, et les circonstances entourant ces meurtres, qui semblent souvent être des "crimes d'honneur", mais qui sont minimisés le plus souvent comme étant des «litiges domestiques » (Familienangelegenheiten).
2017 est en passe, de devenir une "année record" de recrudescence des violences et crimes d'honneur commis en Allemagne ; Au cours des seuls "cinq premiers mois" de cette année, il y a déjà eu au moins 30 homicides d'honneur, dont les suivants :
18 mai. À Berlin , un bosniaque de 32 ans, Edin Aa assassiné son ancienne amie, une femme allemande de 35 ans nommée Michelle E., après avoir mis fin à sa relation abusive. Il a également "enlevé et torturé" son fils de 12 ans, qui a été obligé de regarder le meurtre de sa mère. Les voisins ont déclaré qu'ils avaient à plusieurs reprises alerté la police sur le comportement violent d'Edin A. mais la police n'a rien fait.
Le 17 mai. À Pforzheim , un tajik de 53 ans a poignardé sa femme de 50 ans sur son lieu de travail, une garderie chrétienne. On ne sait pas si sa femme était convertie au christianisme.
Le 17 mai. À Wardenburg , un homme irakien de 37 anspoignardé sa femme de 37 ans alors qu'elle dormait dans son lit. Les cinq enfants du couple, âgés de quatre à quinze ans, étaient à la maison au moment du meurtre et vivent maintenant avec des proches.
Le 8 mai. À Neuendettelsau , un demandeur d'asile éthiopien de 24 ans, Mohammed G., a poignardé sa petite amie de 22 ans à l'estomac, dans un restaurant, après avoir prétendument été provoquée par elle. La femme était enceinte de cinq mois ; Le bébé à naître est mort dans l'attaque.
Le 4 mai. À Fribourg, un demandeur d'asile syrien âgé de 33 ans a poignardé sa femme de 24 ans. Les trois enfants du couple - âgés de six, trois et dix mois - sont maintenant sous protection.


Le 29 avril. À Prien am Chiemsee, un Afghan de 29 anspoignardé à mort une femme afghane de 38 ans, Farima S., qui s'est convertie au christianisme. L'attaquant l'a poignardé, alors qu'elle sortait d'une épicerie avec ses deux enfants.


In diesem Haus an der Nordwohlder Straße erwürgte der Asylbewerber die Mutter seiner Kinder (9, 2, 1) Foto: Sandra Beckefeldt

Le 23 avril. À Syke , un homme irakien de 32 ans, Murad B., a étranglé sa femme de 32 ans, Mehe K., devant les trois enfants du couple, âgés de 1, 2 et 9 ans.


Seit mehreren Monaten waren Shah Jahan (29) und Thu (41) ein Paar.

Le 23 avril. À Dresde, un réfugié pakistanais âgé de 29 ans, Shahajan Butt, a assassiné sa petite amie, une Vietnamienne de 41 ans nommée Thu T. La police dit que l'homme arrivé en Allemagne en décembre 2015 est devenu enragé après avoir remarqué que sa petite amie n'avait pas posté de photo de lui sur sa page Facebook, la soupçonnant alors d'avoir un autre petit ami.
Le 16 avril. À Mayence-Finthen, un demandeur d'asile égyptien de 39 ans poignardé sa femme de 32 ans. La police a déclaré que le couple s'était disputé au moment de l'attaque. Leurs deux enfants sont désormais sous protection.


Der Mann wurde in einem Overall abgeführt, damit keine Spuren an seiner Kleidung verwischt werden Foto: Silvio Bürger.

Le 5 avril. À Leipzig, un homme syrien de 34 anspoignardé sa femme de 28 ans parce qu'elle voulait divorcer. Les deux enfants du couple, témoins de l'attaque sont sous protection policière.
Le 31 mars. À Gütersloh, un Syrien de 43 ansbrûlé sa fille de 18 ans avec une cigarette et a menacé de la tuer. Lorsque la police est intervenue, le père a refusé d'autoriser sa fille à quitter la maison. Après que la police a réussi à mettre la fille en sécurité, "le père et le fils ont attaqué la police", qui a utilisé du spray au poivre pour les repousser. La fille est désormais sous protection policière.
Le 15 mars. À Kiel, un homme germano-turc de 40 ans poignardé sa femme turque de 34 ans devant une garderie. Les voisins ont déclaré que le couple séparé s'était querellé, le Père voulant renvoyer leurs trois enfants en Turquie.
4 mars. À Duisburg, un demandeur d'asile syrien de 30 ans, Mahmood Mahrusseh, a poignardé son ex-petite amie de 32 ans. La femme a survécu ; Son agresseur est activement recherché...
3 mars. À Mönchengladbach, un demandeur d'asile âgé de 32 ans, Ahmed Salim, a assassiné une femme allemande de 47 ans, Nicole M., apparemment après avoir mis fin à une relation avec lui. L'homme, qui utilise aussi l'alias Jamal Amilia, a été arrêté en Espagne. Dans sa demande d'asile, il avait écrit qu'il était d'Israël. Dans une autre demande d'asile déposée dans un autre pays, il a écrit qu'il était originaire du Maroc. Il est censé être d'origine irakienne.
2 mars. À Scheeßel, un homme irakien de 42 ans poignardé à mort sa femme de 52 ans, également d'Irak. La police a décrit le meurtre comme un crime d'honneur. Les enfants du couple sont maintenant sous protection policière.
25 février. À Euskirchen, un homme germano-turc de 32 ans a poignardé à mort son ancienne amie, une Allemande de 32 ans qui avait commencé à sortir avec quelqu'un d'autre.
17 février. À Offenbach, un turc âgé de 32 ans, Volkan T., a tué à mort son ancienne amie, une femme de 40 ans, Silvia B. L'homme a dit qu'il était en colère que la femme, qui avait deux enfants, ait rompu sa relation avec lui.

Der mutmaßliche Täter konnte kurz nach der Attacke noch in dem Haus in der Bielefelder Innenstadt überwältigt werden. Polizeibeamte führten ihn ab und brachten ihn mit einem Gefangenentransportwagen ins Polizeipräsidium. Foto: Uffmann.

15 février. À Bielefeld, un homme irakien de 51 ans a essayé d'assassiner sa femme de 51 ans en l'attaquant avec un "marteau" alors qu'elle fréquentait une classe d'allemand dans une école de langue locale. L'homme était apparemment en colère que sa femme se mêle à d'autres étudiants de langue.


Mit diesem Foto trauern Freunde und Angehörige der 22-Jährigen auf Facebook

Le 10 février. À Ahaus, un demandeur d'asile nigérian de 27 ans a poignardé à mort une femme de 22 ans après avoir apparemment ''offensé son honneur'' en rejetant ses avances romantiques. La femme, une hindou, était employée dans le même refuge d'asile où vivait son assassin. Il a été arrêté à Bâle, en Suisse.
Le 7 février. À Hanover-Mühlenberg, un serbe de 21 ans a tué son ex-petite amie après qu'elle eut mis fin à leur relation et commencée à sortir avec quelqu'un d'autre.
1er février. À Hambourg, un homme afghan âgé de 26 ans a poignardé sa femme de 28 ans lors d'une dispute; Elle a survécu à l'attaque.
15 janvier. À Bremen-Vegesack, un turc de 39 ansassassiné sa femme syrienne âgée de 40 ans,  enceinte de 9 mois, parce qu'elle voulait divorcer. Le bébé à naître est également mort pendant l'attaque.
Le 5 janvier. À Waldshut-Tiengen, un turc de 47 ans a poignardé sa femme alors qu'elle marchait avec un ami. Quand elle essaya de s'enfuir, il la poursuivit et lui enfonça un couteau dans le dos.


In der Wichheimer Straße in Köln-Buchheim wurde die Leiche gefunden. Tote 19-Jährige aus Köln Streit um neuen Freund – Ehrenmord gilt als wahrscheinlich –

Le 4 janvier. À Köln-Buchheim, un homme irakien de 44 ans a assassiné sa fille de 19 ans parce qu'il n'a pas approuvé son petit ami. Deux jours plus tard, il a appelé la police. "J'ai tué ma fille", a-t-il dit. L'homme n'a pas voulu affronter la justice Allemande ; Il aurait fui en Irak.
Soeren Kern est membre principal de l'Institut Gatestone, basé à New York .Suivez-le sur Facebook et sur Twitter .
Source : https://www.infowars.com/germany-wave-of-muslim-honor-killings/


(16 mars 2016) Une jeune femme kurde, immigrée de deuxième génération vivant en Allemagne (Hanovre), a été exécutée publiquement après avoir refusé un mariage forcé avec son cousin. Selon son père, sa fille âgée de 21 ans, a été victime de la tradition du «crime d'honneur». Le cousin de la jeune fille est actuellement en fuite et la police a obtenu un mandat pour son arrestation. Son père a mis en ligne une image de la victime gisant dans une marre de sang, entourée de membres de sa famille en pleurs.