lundi 31 juillet 2017

UNION EUROPÉENNE, "LES FEMMES ET LES ENFANTS D'ABORD"...EUH, PARDON, LES BANQUES D'ABORD...

Résultat de recherche d'images pour "les femmes et les enfants d'abord + paquebot"
Les femmes et les enfants d'abord ? ça c'était avant ! Désormais il faut sauver les banques et tant pis pour leurs clients...

DICTATURE BANCAIRE : 
NOUVEAU PROJET DE LOI POUR VOUS INTERDIRE DE RETIRER VOTRE ARGENT 

Les dates ne sont jamais innocentes : un vendredi 28 juillet... lorsque 500 millions de citoyens européens ont la tête ailleurs, en se préparant soit à partir en vacances soit à en revenir. C'est le fameux croisement entre « juilletistes » et « aoûtistes », la seule période de l'année où vous avez encore moins de monde à l'écoute qu'entre Noël et le Jour de l'An. 

Une dépêche de l'agence Reuters est tombée laconiquement sur les écrans et disait (comme s'il s'agissait d'une information sans grande importance) que l'Union Européenne veut qu'une loi soit votée rapidement afin d'INTERDIRE AUX CITOYENS DE SE RENDRE A LEUR BANQUE POUR RETIRER LEUR ARGENT EN CAS DE RUMEURS DE SA FAILLITE.

banques en faillite reuters

Cela rappelle Richard Nixon qui est apparu à la télévision le 15 août 1971 pour expliquer à tous les pays du monde (en vacances) qu'ils pouvaient faire une croix sur les lingots que les Etats Unis leur doivent ! A partir du 16 août 1971, tous les pays ont été payés en monnaie de $inge, et cela dure ainsi depuis !!!! 

Je résume autrement : les banques en faillite (comme par exemple la Monte Paschi, la Santander, la Banque Postale, la Bankia, etc.), pour empêcher leurs crétins de clients de venir retirer LEUR argent, ont demandé à se faire voter une loi "sur mesure" afin que les clients ne viennent pas faire la queue devant leurs agences locales. Wouaaa.... !!! 

Les banques même dans leurs rêves les plus fous, n'avaient jamais osé imaginer que la seule proposition d'un tel texte puisse passer ne serait-ce qu'en examen.

La loi a été poussée par Charlie Bannister (ici son LinkDN) de l'Association for Financial Markets in Europe. Lire: le Cartel de Medellin Bancaire.

charlie bannister


L'élection d'Emmanuel Macron leur a donné des ailes et maintenant ils vont vont se lâcher avec toutes sortes de lois pour prendre les économies des gens de gré ou de force.
Je vous dis depuis des années que la Grèce et Chypre ont été leurs laboratoires, et maintenant vous voyez que la situation s'en approche...

Et devinez qui vante les mérites de cette loi: un Estonien, pays contrôlé à 100% par les Américains, et encouragé par les... Allemands !!! LoL

" Giving supervisors the power to temporarily block bank accounts at ailing lenders is "a feasible option," a paper prepared by the Estonian presidency of the EU said"

"Donner aux superviseurs le pouvoir de bloquer temporairement les comptes bancaires auprès des prêteurs en difficulté est" une option faisable ", un document préparé par la présidence estonienne de l'UE a déclaré"

Mais voici le plus beau: "To cover for savers' immediate financial needs, the Estonian paper recommended the introduction of a mechanism that could allow depositors to withdraw "at least a limited amount of funds."

"Pour couvrir les besoins financiers immédiats des épargnants, le document estonien a recommandé l'introduction d'un mécanisme qui pourrait permettre aux déposants de retirer" au moins un montant limité de fonds ".

Ce qui, comme vous le savez grâce à cette Revue de Presse, est DEJA LE CAS PARTOUT EN FRANCE, sauf que pas un mot dans les médias traditionnels, les budgets de pub des banques sont trop gras et gros pour s'en priver ....

Mes chers, chers lecteurs, partagez cette information au maximum car, pour le coup, tout le monde doit le savoir, et ce n'est pas sur BFM-WC et ses journalistes économiques bidons qui vont en parler aux Français. Au moins, vous savez pourquoi je suis si censuré par les banques. Revue de Presse par Pierre Jovanovic ©www.jovanovic.com 2008-2017

Merci à Jovanovic, en complément voici la note de Reuters :

EU explores account freezes to prevent runs at failing banks

Reuters logo

BRUXELLES (Reuters) - Les États de l'Union européenne envisagent des mesures qui leur permettraient d'empêcher temporairement les personnes de retirer de l'argent de leurs comptes afin d'éviter les opérations bancaires, a révélé un document de l'UE examiné par Reuters. Le mouvement vise à aider les banques en faillite ou susceptible de l'être, mais les critiques disent que cela pourrait entamer la confiance et pourrait même hâter les retraits lors des premières rumeurs selon lesquelles une banque est en difficulté. La proposition, qui est en cours depuis le début de cette année, fait suite deux mois après la fin d'une course effrénée sur les dépôts à la Banco Popular, qui a contribué à l'effondrement du prêteur espagnol. Cela intervient également au milieu d'une querelle amère entre les pays européens sur la façon d'aider les banques en difficulté, soit une décennie après un accident financier qui obligea la Banque centrale européenne à imprimer des milliards d'euros pour éviter une crise économique prolongée. Donner aux superviseurs le pouvoir de "bloquer temporairement" les comptes bancaires auprès des "banques" en difficulté est "une option faisable", a déclaré un document préparé par la présidence estonienne de l'UE, reconnaissant que les États membres étaient divisés sur la question. Les pays de l'UE qui autorisent déjà un moratoire sur les paiements bancaires dans les procédures d'insolvabilité au niveau national, comme l'Allemagne, soutiennent la mesure, ont indiqué les responsables.

Résultat de recherche d'images pour "banque en faillite + europe" Le désir est d'empêcher une course bancaire, de sorte que lorsqu'une banque est dans une situation critique, elle ne soit pas poussée à la faillite, a déclaré une personne proche de la pensée du gouvernement allemand. Pour couvrir les besoins financiers immédiats des épargnants, le document estonien, daté du 10 juillet, a recommandé l'introduction d'un mécanisme qui pourrait permettre aux déposants de retirer «au moins un montant limité de fonds». Les banques, cependant, disent que cela découragerait la sauvegarde. Nous croyons fermement que cela inciterait les déposants à sortir d'une banque à un stade précoce", a déclaré Charlie Bannister de l'Association for Financial Markets en Europe (AFME), un groupe de lobbying bancaire. La proposition estonienne a été discutée par les envoyés de l'UE le 13 juillet, mais aucune décision n'a été prise, a déclaré un responsable de l'UE. Les discussions devraient se poursuivre en septembre. L'approbation des législateurs de l'UE serait nécessaire pour toute décision finale.

Résultat de recherche d'images pour "banque en faillite + europe" Dépôts assurés

Le plan, s'il était accepté, contrasterait avec les propositions législatives faites par la Commission européenne en novembre, qui visaient à renforcer le pouvoir des autorités de surveillance pour suspendre les retraits, excluant du moratoire les déposants assurés qui, selon les règles de l'UE, sont inférieurs à 100.000 euros.

Dans le cadre du plan discutée par les Etats de l'U.E, le document Estonien stipule que les paiements pourraient être suspendus, pendant "cinq jours ouvrables", avec un "maximum de 20 jours" dans des circonstances exceptionnelles.

Les règles existantes de l'U.E permettent déjà une suspension de deux jours de certains paiements par les banques en faillite, mais le moratoire ne comprend pas les dépôts.

La Commission, qui a refusé de commenter la discussion, avait précédemment exclu les dépôts assurés du périmètre de l'outil moratoire qui craint qu'il «ait un impact négatif sur la confiance du marché», selon un communiqué de presse publié en novembre.

Beaucoup d'Etats ont soutenue une suspension des paiements uniquement en cas de de banques défaillantes. La plupart des pays se sont cependant opposés à des plans plus audacieux pour un moratoire rapide.

Résultat de recherche d'images pour "banque en faillite + europe"
Additional reporting by John O'Donnell in Frankfurt; Editing by Richard Balmforth and Alexander Smith