mercredi 16 août 2017

OBAMA TWEET ET LES MERDIAS D'APPLAUDIR : ET SI LES GENS PENSAIENT UN PEU PAR EUX-MÊME ???

#CHARLOTTESVILLE 

Ce tweet de Barack Obama sur Charlottesville est le plus "liké" de l'histoire de Twitter






Une citation de Nelson Mandela sur la tolérance et le respect, tweetée par Barack Obama, connaît un succès historique sur Twitter après les violences qui ont causé la mort d'une manifestante antiraciste lors d'un rassemblement de suprémacistes blancs samedi à Charlottesville (Virginie).

Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de ses origines, ou de sa religion, a écrit dimanche Barack Obama sur son compte, en citant l'ancien président sud-africain Nelson Mandela.

Le tweet a désormais récolté presque 3 millions de "likes", devenant ainsi le message le plus aimé du réseau social, selon le site spécialisé Favstar, dépassant le tweet de la chanteuse Ariana Grande après l'attentat de Manchester en mai. Il a également été retweeté 1,2 million de fois.

Barack Obama a publié le reste de la citation de Nelson Mandela dans deux autres tweets : "Les gens doivent apprendre à haïr, et s'ils peuvent apprendre à haïr, ils peuvent apprendre à aimer car l'amour jaillit plus naturellement du cœur humain que son opposé".

Fort de ses 93 millions de "followers", Barack Obama est l'une des personnalités les plus suivies sur Twitter. Le message de l'ancien président démocrate était une réaction aux événements survenus samedi à Charlottesville, où un sympathisant néo-nazi a tué une manifestante anti-racisme de 32 ans en fonçant dans la foule avec sa voiture.

(Avec AFP)

apprendre aux enfants

La morale de l'histoire par Jackturf !

Et si les gens commençaient par penser par "eux-mêmes" à commencer par l'Obs, qui ne fait ici que relayer ''bêtement'' une fois de plus, une dépêche de l'AFP. 

Le monde s'en porterait certainement mieux, ainsi que les 93 millions de fans d'Obama, qui ont déjà oublié que c'est sous ses deux mandats, qu'il y a eu le plus grand nombre d'émeutes raciales aux Etats-Unis, du moins dans une période récente.

Dur d'entendre des vérités parfois, mais bon, pour en revenir à notre sujet, les gens en général, et à plus forte raison nos élites, sont incapables d'avoir le moindre sens critique "personnel", d'avoir une pensée cohérente, leur permettant de réfléchir à ce qu'ils vont pouvoir dire d'utile, non, c'est impossible, car trop fatiguant... 

Alors, Obama, lit un truc quelque part et hop, il le balance tout de go, sans y mettre les formulations d'usages, ni explication aucune, à des millions de ''lobotomisés", juste histoire comme ça, de faire le Buzz...Et tous, comme des moutons d'applaudir, la haine de l'autre (en l’occurrence Trump), leur faisant perdre tout sens critique.

Emeutes de Ferguson, novembre2014.

Il voulait incarner le début d'une ère postraciale. Si Barack Obama se présentait comme le président de tous les Américains, la communauté noire, le jour de son élection en 2008, voyait en lui un espoir: celui de mettre fin aux inégalités dans un pays rongé par la «question raciale». Huit ans après, beaucoup de Noirs-Américains sont déçus par les huit années au pouvoir du premier président noir des États-Unis.

ÉTATS-UNIS - Elles resteront l'une des taches de la présidence de Barack Obama. Des rues de Ferguson à celles de Baltimore, ou sur les réseaux sociaux sous le mot-clé "#BlackLivesMatter" ("les vies noires comptent"), les tensions raciales ont émaillé les derniers mois du président américain sortant. Élu en 2008 comme le symbole d'une Amérique définitivement débarrassée de ses vieux démons ségrégationnistes, le premier président afro-américain des États-Unis, qui fait ses adieux dans un ultime discours à Chicago ce mardi 10 janvier, n'a pas su, sinon dissiper, au moins contenir la colère des manifestants, réveillée par plusieurs actes de violence policière sur des Noirs.

Pauvre monde : 
Extrait de l'être humain selon Paul par Jackturf !

Paul, avait parfaitement assimilé le formatage de nos sociétés au fil des siècles, ou depuis notre plus tendre enfance, l'on nous conditionne pour accumuler des biens, parfois bien au-delà de notre espérance de vie, un cas unique dans le monde animal, la peur de manquer, la peur du lendemain, faisant, que dans une espèce d'hystérie collective, l'on en oublie l'essentiel "Vivre".

Paul, avait aussi compris, que seul un nombre infime d'individus sur cette planète, étaient capables de penser par eux-mêmes, la preuve en était, que peu de génies, à l'image d'un "Einstein" par exemple, on été capables de changer notre façon d'appréhender le monde. Non pas qu'il manqua d'êtres intelligents sur cette planète, mais formatés à suivre les dogmes existants, peu en fait, se risquent à aller au-delà des thèses scientifiques admises, la pensée unique dominante, interdisant à la "meute" de s'éveiller en dehors des cadres prescrits...

Moralité, c'est dans une torpeur faussement bienveillante, que nous avançons dans la vie, ou toute pensée critique et personnelle nous est ôtée. Alors par peur d'être différent, nous sacrifions nos idéaux à la conformité ambiante, nous coulant dans la masse de célèbres anonymes, nous liquéfiants à petit feu jusqu'à disparaître totalement du paysage...Pour vivre heureux vivons caché dit-on, et bien, Paul pensait que c'est avec ce genre d'arguments, que l'on bâillonne toute une société.

Paul, avait donc bien compris que les Chefs de meutes se servaient de la peur comme d'un bâton pour museler leurs congénères. 

La peur du chômage, la peur de manquer, la peur de l'autre, la peur du lendemain, la peur de ne pas être à la hauteur, la peur du ridicule, la peur du terrorisme, la peur des pandémies, etc...autant de freins à l'accomplissement de l'être, autant de freins à l'évolution humaine telle qu'elle devrait pourtant se produire et dont les Chefs de meutes savent jouer finement, pour manipuler des foules à la conscience plus près du servage, que de la liberté intellectuelle. 

Paul, embrasa soudain l'évolution humaine dans sa cruelle réalité, laquelle humanité, préfère se donner toute entière au consumérisme ambiant, au lieu de s'élever spirituellement et intellectuellement. 

L'abrutissement des foules par des émissions de télé-réalités toutes plus stupides les unes que les autres, la désinformation quotidienne des journaux télévisés et de la presse écrite au service de la pensée unique, détruisant tout sur son passage, réduisant les masses à de vulgaires pantins, que l'on guide dans l'isoloir comme des marionnettes, ceci étant bien, ceci étant mal, voir très mal...

Incapables d'avoir une idée objective de l'environnement dans lequel ils évoluent. 
Incapables de se faire une opinion toute personnelle, qui n'aurait pas été dictée voir imprimée de manière subliminale par la matrice. 
Incapables d'aligner trois phrases cohérentes sur une page blanche, ils en sont réduits à prendre pour acquis tout ce que la matrice leur dicte.  
Incapables, d'analyser correctement les enjeux de ce monde, ils s'en remettent au Chef de meute, hurlant à leur tour avec les loups...

Résultat de recherche d'images pour "hurlant avec les loups"
Élevons notre niveau de conscience !