mercredi 13 septembre 2017

SUÈDE : AU PAYS DES BISOUNOURS, LES GANGS RÈGNENT EN MAÎTRE...

Suède: Aucune arrestation pour meurtrier - comme aucun interprète n'a été trouvé

Aujourd'hui, un demandeur d'asile de 15 ans soupçonné d'un meurtre chez Friskis & Svettis à Ängelholm ce week-end aurait dû être arrêté. Mais il n'y aura pas de détention parce qu'aucun interprète ne peut être trouvé, rapporte Sydsvenskan.
Deux employés de la cour de district ont passé toute la journée à la recherche d'un interprète, mais nous n'avons tout simplement pas réussi à trouver un interprète, a déclaré Martin Persson, conseiller au tribunal de district d'Helsingborg, à Sydsvenskan.
Martin Persson souligne qu'il n'a jamais connu quelque chose de semblable auparavant.
Demain soir, c'est la date limite, pour que le garçon qui demande l'asile soit libéré, si un interprète n'est pas trouvé à temps.
Selon la police et les procureurs, il existe de fortes preuves contre le suspect, y compris plusieurs témoins.
Il était six heure samedi soir, lorsque les policiers ont été alertés par la salle de gym Friskis & Svettis à Ängelholm, Skåne. Dans la salle, un garçon de 17 ans a été retrouvé avec des blessures (poignardé...). Il est mort peu après.
A l'origine, ce sont deux demandeurs d'asile, qui pour des raisons inconnues, ont commencé à se battre selon le chef de la police Karim Ottosson.
Même l'avocat du garçon est choqué.
Je ne sais pas quoi dire à ce sujet, je n'ai jamais connu cela auparavant. J'espère seulement que le tribunal de district trouvera un interprète, dit Olof Wettermark, à Sydsvenskan.
Seulement en Suède.

Immigration : la catastrophe suédoise !

drapeau-suède-brulé-429x293
Les autorités suédoises sont dépassées par l’explosion d’immigrants. 90% d’entre eux sont au chômage, beaucoup sont en colère, accusant le pays qui les a accueillis. La délinquance s’accroît terriblement. Cette violence a changé le travail de la police, des pompiers et des services d’urgence. Dans certains quartiers, les ambulances ne rentrent pas sans escorte policière….La générosité de la Suède coûte une fortune alors que la croissance économique stagne. 
Le pays dépense actuellement environ 4 milliards $ par année pour l’accueil de nouveaux réfugiés. Selon un récent sondage d’opinion, 58% des Suédois considèrent qu’il y a trop d’immigrants, 20 à 25 % des Suédois soutiennent désormais le parti anti-immigration des Démocrates de Suède. Depuis longtemps la violence sévit. 
La Suède occupe la seconde place sur la liste mondiale des pays au taux de viol le plus élevé. Selon une enquête de 2010, la Suède, avec 53,2 viols pour 100 000 habitants, n’est dépassée que par le minuscule Lesotho, situé en Afrique australe, qui connait un taux de 91,6 viols pour 100 000 habitants. 
En 1975, 421 viols avaient été signalés à la police, en 2014, 6 620 viols le furent : une augmentation de 1472% (…)
Depuis 2015, les choses n'ont fait qu'empirer, mais comme l'omerta policière règne la-bas, les chiffres peinent à sortir...

Harcèlement dans les centres de santé - le plus gros problème à Malmö ou des gangs viennent se faire soigner.


Police avec armes automatiques dans les couloirs de l'hôpital - Groupe armé à l'extérieur.

Mobilen ringer i sjuksängen. Den skottskadade patienten svarar: ”Jag vill ha 100 000 kronor, annars blir han som sköt mig mördad.” En sjuksköterska, som redan plockat bort sin namnbricka av rädsla, hör samtalet. Men vem ska hon berätta för?
Sydsvenskan har tagit del av ett unikt material som avslöjar hur skjutningarna i Malmös undre värld sprider skräck på sjukhusets vårdavdelningar.

Traduction très approximative de Google.

Le téléphone mobile sonne dans le lit. Le patient blessé par coup de feu répond : "Je veux 100 000 $, ou il sera abattu... Une infirmière qui a déjà retiré son nom par peur, entend la conversation. Mais que lui dira-t-il ?
Le site Sydsvenskan a découvert un matériau unique qui révèle comment les gangs à l'intérieur de Malmö, répandent l'horreur dans les quartiers de l'hôpital.

Source : https://www.sydsvenskan.se/

Toujours envie de vivre en Suède, le paradis social, que certains nous vendaient comme modèle ?