HAUTE FINANCE : LE COIN DU VOILE...

Résultat de recherche d'images pour "macron + walls street"
Comment l'Elysée a déroulé le tapis Rouge
 au roi de Wall Street :


Durant une journée, les salons du Château ont été privatisés pour célébrer les patrons de BlackRock :

Le détails les plus réjouissants de cet événement avaient été soigneusement dissimulés par l'Elysée. C'eût été dommage...

Le 25 octobre, le président Macron a convié au Château le gratin de la finance mondiale, représenté par les dirigeants de BlackRock, le plus gros investisseur du monde, et par 21 gestionnaires de fonds. Certes Europe I (26/10) et Le Monde (31/10) avait évoqué un dîner, mais pas le menu.

Un document, tombé dans le bec du "Canard", livre des détails inédits sur cette rencontre, qui s'apparente en réalité, à un mini-sommet.

Les agapes élyséennes n'ont pas duré que le temps d'une petite soirée : elles se sont étalées sur toute la journée.

Résultat de recherche d'images pour "salon Murat"

Et comme rien n'est trop beau pour ces messieurs de "Wall Street", le Président a mis à leur disposition le salon Murat - au - rez-de-chaussée du Palais, s'il vous plaît...$ oblige... 

Une première : jusqu'alors, aucun président n'avait osé privatiser le lieu, qui abrite le Conseil des ministres depuis George Pompidou, au profit d'un financier américain.  

 Résultat de recherche d'images pour "Larry Fink,"

Barrée d'un - Confidential - Not for distribution, la note de présentation de la fiesta, signée Larry Fink, le président-fondateur de BlackRock, et Philippe Hildebrand, vice-président, promet "des conversations uniques et dynamiques". 

Résultat de recherche d'images pour "BlackRock"

Il s'agit, insistent les rédacteurs :
 D'un moment charnière pour la France et pour l'Europe, et nous discuterons toute la journée de la vision de transformation du président Macron avec des représentants de son cabinet qui éclaireront leurs priorités clés.   

Quelle chances ils ont, Macron et son cabinet ! D'ailleurs, ils n'ont pas hésité à mobiliser les grands moyens de l'Etat et à faire défiler devant les financiers, outre le Président de la République, cinq ministres, dont le premier d'entre eux.

Arrivée à 12h30, la délégation conduite par Larry Fink, a été gratifiée d'un "déjeuner introductif" avec Edouard Philippe à l'Hôtel Matignon, suivi en dessert, d'un topo de Muriel Pénicaud sur "l'évolution du marché du travail". Miam...! heureusement, Mélanchon n'était pas la, il nous aurait fait un malaise, ouf...(Jackturf).

A 14h45, tout ce petit monde a été transféré, sous "escorte officielle" au palais de l'Elysée.

Résultat de recherche d'images pour "George Osborne"

Recruté par BlackRock, l'ex-ministre britannique "George Osborne" a régalé l'assistance de ses "réflexions géopolitiques" et "perspectives de marché", avant que les officiels français se pressent dans le salon Murat pour des exposés de 45 minutes.  

La procession a débuté avec le ministre de l'Economie "Bruno Le Maire", qui a livré "sa vision" de l'économie française et l'agenda des réformes. La ministre des transports, Elisabeth Borne, s'est ensuite exprimée sur "l'investissement dans les transports et les infrastructures"

Résultat de recherche d'images pour "BlackRock + macron"

Après quoi Benjamin Griveaux, a exposé les "opportunités en France pour les investisseurs globaux". Le tout s'est achevé par la fameuse réception officielle, en présence d'Emmanuel Macron, flanqué de Bruno Le Maire et de Benjamin Griveaux. Quelle bringue ce fut... 

Le plus amusant, c'est que lesdits ministres, se sont bien gardés d'inscrire ces rendez-vous à leurs agendas officiels respectifs. Sans doute étaient-ils un peu gênés aux entournures. Pourtant un concours de révérences au Château, quoi de plus naturel ? Odile Benyahia-Kouider pour le Canard Enchaîné.

Résultat de recherche d'images pour "larry fink + macron"

Deux articles pour le prix d'un,
Google se fait secouer les puces


Il y a quatre ans, l'un des pontes de Google lançait : ''La vie privée peut-être considérée comme une anomalie''. 


Résultat de recherche d'images pour "Vinton Cerf"
Vinton « Vint » Gray Cerf, né le 23 juin 1943 à New Haven, Connecticut, États-Unis, est un ingénieur américain, chercheur et co-inventeur avec Bob Kahn du protocole TCP/IP. Il est considéré comme l'un des pères fondateurs d'Internet. Wikipédia

Vinton Cerf avait probablement en tête une expérience secrètement menée par la multinationale américaine au Royaume-Uni. De juin 2011 à février 2012, Google a espionné 5.4 millions de Britanniques propriétaires d'iPhone.

Comment ? En introduisant un programme informatique conçu pour récolter toutes les données de navigation sur internet, dans le dos des utilisateurs.


Résultat de recherche d'images pour "DoubleClick"


DoubleClick est une régie publicitaire, spécialisée dans le ciblage comportemental sur Internet. Elle est rachetée le 14 avril 2007 par Google pour 3,1 milliards de dollars. Wikipédia

Une précieuse récolte monnayée ensuite par sa filiale DoubleClick sous forme de publicités ciblées au plus près des goûts des internautes. 

Sauf que des associations de consommateurs britanniques qui, cinq ans après, ont découvert le pot aux roses, ont engagé, le 30 novembre, une action de groupe contre la firme, à laquelle elle reproche d'avoir mis un mouchard dans leur téléphone. C'est pas en France qu'on verrait ça !

Vu le nombre d'anglais qui pourraient s'associer à la plainte, ce sont des dédommagements de plusieurs centaines de millions d'euros qui pendent au nez du géant du net, à quoi pourrait s'ajouter une grosse amende, infligée par la justice britannique.

Il y a cinq ans aux Etats-Unis le moteur de recherche s'était déjà fait épingler pour les mêmes pratiques. 

Il avait été contraint de verser une amende de 22.5 millions de dollars à l'administration et de 17 millions à 38 Etats américains, pour atteinte à la vie privée des internautes, à comparer aux 19 milliards de dollars de bénéfices réalisés annuellement par l'entreprise de Mountain View. 

A ce prix la, Google peut toujours penser que le consommateur qui se rebelle "peut-être considéré comme une anomalie".

Source : Le Canard Enchaîné. 

Sélection du message

ALLEMAGNE : L'ELDORADO, POUR EUROPÉENS EN MAL DE PRESTATIONS SOCIALES....

EU-AUSLÄNDER STAUBEN AB Ein Bulgare erzählt, warum er das deutsche Kindergeld liebt Dans la région de Duisburg, Hochfeld a installé de ...

ARTICLE A LA UNE