LE CULTE OBAMA : QUAND ON A L'AIR COOL TOUT PASSE...

Barack Obama ovationné par le tout Paris, ah les Cons...Toute la différence qu'il y a entre les "bobos parasites" et les autres "les moins que rien" pour reprendre la formule Macronienne...

Barack Obama à Paris, le 2 décembre 2017, avec Stéphane Richard, le patron d'Orange (Martin BUREAU / AFP)

Mais la vérité sur l'ère Obama qui osera la dire un jour ? 

Résultat de recherche d'images pour "Obama danse"

1er échec : Les émeutes raciales : Des policiers blancs (ou noirs) qui ouvrent le feu et tuent des Noirs américains désarmés… Ce genre de bavures, terribles, se sont multipliées depuis la mort de Michael Brown à Ferguson, en 2014. Les images ont révolté les Américains - surtout les électeurs d'Obama - et exacerbé les débats, avec des émeutes raciales à la clé, qu'on avait plus vu depuis longtemps.
Le premier président noir des Etats-Unis s'est ainsi vu reprocher, par une partie de la communauté noire, de ne pas en avoir fait assez pour lutter contre les inégalités. Kwame Rose, cofondateur de la branche locale de Chicago du mouvement Black Lives Matter ['Les vies des Noirs comptent', NDLR],  avait refusé, en février, une invitation du président dans le Bureau ovale".
Résultat de recherche d'images pour "obama est cool"
2ème échec : Une hausse des inégalités : "Les inégalités se sont creusées. L'ascenseur social est en panne."  C'est l'un des échecs les plus durs pour le président américain : pas de hausse du salaire minimum en sept ans, pas d'augmentation des impôts pour les plus riches… Conséquence : un Américain sur sept vit désormais dans la pauvreté. Soit environ 43 millions de personnes.
Premières victimes de ces inégalités économiques et sociales : les Noirs américains, dont le taux de chômage s'élève à 8,3%, contre 4,8% pour la population totale.
En 2015,  13,5% des Américains vivaient sous le seuil de pauvreté. Ce taux grimpe à 24,1% pour la population noire-américaine.
"La communauté africaine-américaine lui reproche de ne pas avoir agi pour réduire les inégalités. C'est indéniable. Certains écarts entre Blancs et Noirs se sont même aggravés. Alors que la classe moyenne blanche est à peu près sortie de la crise de 2008, la majorité de la communauté noire ne s'en est pas relevée", résume, sans concession, l'historienne Caroline Rolland-Diamond dans "Libération".
Résultat de recherche d'images pour "obama est cool"
3ème échec : 30.000 personnes tués par balle chaque année : "A chaque fois que je pense à ces enfants, ça me met en colère." Comment oublier les larmes de Barack Obama lorsqu'il a annoncé, la voix brisée, en janvier 2016, des mesures d'urgence pour tenter d'enrayer le terrible décompte des victimes des fusillades meurtrièresqui frappent le pays quasi quotidiennement. Et notamment dans les écoles.
"Nous devons ressentir l'urgence absolue maintenant, car les gens meurent. Et les excuses constantes pour l'inaction ne marchent plus. Ne suffisent plus", avait alors lancé Barack Obama, en citant Martin Luther King  (erreur fatale, quand on lit le rapport du FBI sur ce dernier).
Reste que, face à un Congrès tenu par les républicains, proches de la NRA, le très puissant lobby des armes, Barack Obama n'a pas pu faire évoluer la législation pour un contrôle plus strict des armes à feu, notamment des armes automatiques et des armes de guerre.
Résultat de recherche d'images pour "obama chante"
4ème échec : En difficulté à l'International : Soutien à l'opposition libyenne, lutte contre Daech en Syrie et en Irak, Afghanistan… L'Amérique a été en guerre pendant les huit années des deux mandats de Barack Obama. Refroidi par le fiasco de l'après-Kadhafi, en Libye, Barack Obama a néanmoins déçu, notamment en France, lorsqu'il a finalement fait machine arrière, sur la question d'une intervention en Syrie, malgré l'utilisation d'armes chimiques, par le régime syrien de Bachar al-Assad.
Lorsque les Etats-Unis interviendront finalement en Irak et en Syrie pour lutter contre Daech, au sein d'une large coalition et uniquement par voie aérienne, Vladimir Poutine et ses alliés iraniens entreront de leurs côtés au sol en Syrie, pour soutenir sans complexe le régime. Le conflit aura finalement démontré aux yeux du monde la faiblesse des Etats-Unis face à Moscou, l'allié historique de Damas.
Pas question pour Barack Obama de reconnaître pour autant la perte d'influence de son pays : "Les Etats-Unis d'Amérique sont la nation la plus puissante sur Terre, point final", martèle-t-il devant le Congrès, en janvier 2016. Mais quand il est nécessaire de le dire…comme un certain Chef d'Etat Français "c'est moi votre Chef", c'est que ça sent le sapin...
Résultat de recherche d'images pour "obama chante"
5ème échec : Guantánamo, la promesse non tenue : Malheureusement, sa promesse s'est embourbée dès le début de son premier mandat. Car pour fermer Guantánamo, il faut transférer les prisonniers, dont la plupart ne pouvaient pas être jugés sur le sol américain ou à l'étranger, dans leur pays d'origine.
Dès mai 2010, la Commission des forces armées de la Chambre des représentants, pourtant dominée par des démocrates, a unanimement condamné l'idée d'ouvrir sur le sol américain une prison pour y transférer des prisonniers. L'administration Obama a toutefois réussi à faire transférer plus de 150 prisonniers à l'étranger. Il ne resterait aujourd'hui plus que quelques dizaines de prisonniers dans le camp.
Résultat de recherche d'images pour "obama danse"
6ème échec : La Cop 21 : Si Barack Obama s'est sincèrement réjoui du succès de la COP21 et que les Etats-Unis ont annoncé en même temps que la Chine la ratification de l'accord de Paris, il n'a pas vraiment remporté de victoire sur le sujet, ratifiant un traité, alors qu'il savait pertinemment que sa signature ne valait pas un pet de lapin...
Son programme de lutte contre le réchauffement climatique est en effet actuellement suspendu à une décision de justice. Le plan climat d'Obama, élaboré par l'Agence de protection de l'environnement (EPA), imposerait aux centrales thermiques américaines des réductions de leurs émissions de CO2 de 32% d'ici 2030 par rapport à 2005 (Tout simplement irréalisable). Ces règles se traduiraient par la fermeture de nombreuses centrales thermiques à charbon, ou leur reconversion dans des centrales à gaz moins polluantes, tout en favorisant le développement d'énergies renouvelables.
Le 9 février dernier, la Cour suprême des Etats-Unis a suspendu l'application de ce "Clean Power Plan" (projet pour une énergie propre), laissant à un autre tribunal, la cour d'appel fédérale de Washington, le soin de juger la mesure sur le fond.
Quoi qu'il en soit, la nomination par Donald Trump du climato-sceptique Scott Pruitt à la tête de l'Agence de protection de l'environnement ne présage rien de bon. Scott Pruitt est en effet l'un des fers de lance de la fronde qui a conduit à la suspension du plan climat d'Obama...
Résultat de recherche d'images pour "obama danse"
7ème échec : Une dette abyssale : 19 trillions de dollars. C'est le montant astronomique de la dette des Etats-Unis en 2016. Depuis l'année fiscale 2010 (c'est-à-dire entre le 1er octobre 2009 et le 30 septembre 2010, première année pleine d'Obama), environ 7.600 milliards de dollars sont venus s'ajouter au total.
En chiffres bruts, la dette n'a jamais autant augmenté que durant les deux mandats d'Obama. En pourcentage, cela donne une hausse de 64% entre 2009 et 2016, contre + 31% durant les années Clinton (1993-2001). Une explosion due principalement au plan de relance de près de 800 milliards voté en 2009 pour faire face à la crise économique. Ou les 858 milliards de dollars de baisses d'impôts votées en 2010.
Résultat de recherche d'images pour "obama sport"
8ème échec et peut-être le plus important : La dénucléarisation, un voeu pieux : Barack Obama s'était présenté comme le président qui dénucléariserait le monde. Il finit son mandat avec sur les rails, un programme de 1.000 milliards de dollars.
Barack Obama, en arrivant à la Maison-Blanche, s’était non sans courage présenté comme le président du désarmement nucléaire. Il avait prononcé le 5 mars 2009 un très beau discours à Prague :
"Etant la seule nation a avoir jamais utilisé une arme nucléaire, les Etats-Unis ont la responsabilité morale d’agir. [...] Aussi aujourd’hui, j’affirme clairement et avec conviction l’engagement de l’Amérique à bâtir un monde débarrassé des armes nucléaires."  (Sniff...)   
Cela lui avait valu quelques mois plus tard le prix Nobel de la paix, à la surprise générale
Et là où il s'est le plus écarté de son discours de Prague, c'est en donnant  son feu vert à un gigantesque programme, évalué à 1.000 milliards de dollars sur les 30 prochaines années, visant à renouveler entièrement l’arsenal américain : missiles intercontinentaux, sous-marins, bombardiers, têtes nucléaires...Du jamais vue...
Résultat de recherche d'images pour "Obama le nucléaire + dessins"

Mais quand on a l'air "cool"...Tout passe...Et Macron a bien compris la leçon, se permettant d'insulter qui il veut quand il veut, dans le silence assourdissant des "merdias"  français...

Résultat de recherche d'images pour "obamacare + humour"
Une réussite ? 
L'Obamacare ? Même pas !

L’Obamacare est avant tout l’échec d’OBAMA, pas celui de TRUMP comme on veut nous le faire croire !

L’Obamacare est un fiasco !


Obamacare: C’est l’assurance santé obligatoire aux Etats-Unis à partir du 1° Janvier 2014
Ce qui est vraiment en cause, c’est l’idéologie Américaine. C’est la liberté individuelle d’avoir ou pas l’obligation de s’assurer. OBAMA a eu toutes les difficultés du monde pour faire approuver son texte par les deux Chambres Américaines. Son projet a été rejeté plusieurs fois. Les échecs de TRUMP ne sont pas plus grands que ceux d’OBAMA.
Ce projet a fini par passer, sauf qu’il a été amendé plusieurs fois, si bien qu’il en a été presque dénaturé.
Il a quand même été mis en application.
Les USA, ne sont pas la France, il n’est pas dans la culture américaine de payer pour les autres. Nous, nous avons l’habitude d’être ponctionnés à la source, pas eux.
Ce système qui se veut être « volontaire », a été assorti de lourdes pénalités pour les réfractaires. Si vous ne vous assurez pas, vous avez une sanction pécuniaire.
Du jamais vu au « Pays des libertés »
OBAMA l’a voulu, pas la « middle class américaine », c’est elle qui a vraiment été impactée.
Seuls les plus démunis pouvaient prétendre à une aide de l’Etat Américain. Chose qui par ailleurs était compliqué d’obtenir.
L’OBAMACARE n’est pas un service public. Cela reste un système privé. L’aide de l’Etat est pour les plus démunis.
Autre problème, et non des moindre !
Les compagnies d’assureurs privés qui perdaient de l’argent avec l’Obamacare, ont préférés cesser cette activité.
Le système n’est pas rentable pour bon nombre d’assureurs américains. En France, notre Assurance Sociale doit sans cesse être renflouée – Renflouée par la dette publique !, … Puisque c’est le Gouvernement qui s’en charge. Aux USA, les Assureurs privés ne peuvent pas renflouer avec de la dette. Ils préfèrent fermer.
La Middle class qui ne veut plus payer. Les assureurs qui ferment, que reste t-il de l’Obamacare ?
C’est pour cette raison qu’aujourd’hui, Donald TRUMP dit très justement. Laissons ce système s’éteindre de lui même. 14 Millions d’Américains vont perdre leur couverture santé d’ici 1 an.
Donald TRUMP voulait réformer cette loi, il n’a pas pu. C’est un échec pour OBAMA puisque ce système ne va pas pouvoir perdurer. C’est aussi un échec pour le « Parti Républicain » qui n’a pas su réformer.
Ce soir les seuls heureux sont les Démocrates et Hillary CLINTON qui poussent à la ruine bon nombre de gens qui ne vont plus savoir ni ou, ni comment se faire soigner.
A son arrivée à la Maison Blanche, … Donald TRUMP a pris une décision énergique, c’est de demander à ce que les Américains qui ne peuvent plus payer, ne soient pas pénalisés par de nouvelles amendes. Ce que OBAMA a refusé de faire.
Donald TRUMP a été élu, pour justement remanier cette funeste loi. Aujourd’hui ce sont les « Démocrates » et une partie des « Républicains » qui bloquent toute avancée dans ce dossier.
Donald TRUMP n’est pas en cause. Il a fait ce qu’il avait promis de faire. Les Américains ne sont pas idiots, ils savent d’où viennent ces blocages.
Claude HAMON
Lire la suite ici : https://www.businessbourse.com/2017/03/27/lobamacare-lechec-dobama-celui-de-trump-on-veut-faire-croire/

Sélection du message

LONDRES N'EN FINIT PLUS DE COMPTER SES MORTS...VIDÉO...

C'est le 4ème homicide en quatre jours et le 66e meurtre de la capitale en 2018 ! Un homme vêtu d'un Sweet à capuchon est vu s...

ARTICLE A LA UNE