PATRONS VOYOUS, ACTIONNAIRES VOYOUS, LE PREMIER DE CORDÉE VOYOU, TOUT SE TIENT...

Un rapport d'Oxfam étale l'indécente absorption des richesses par le CAC40

Par Hadrien Mathoux



L'ONG de lutte contre les inégalités publie ce lundi 14 mai un rapport offensif, pointant directement la responsabilité des plus grandes entreprises françaises dans les inégalités : dividendes records, salariés et investissements laissés de côté... L'absurdité des logiques du capitalisme financier y est décortiquée dans le détail.

Un système favorisant l'extrême minorité des plus riches, au mépris même des règles que se fixe habituellement l'économie de marché : c'est un tableau très sombre du capitalisme français que dresse l'ONG de lutte contre les inégalités Oxfam dans son dernier rapport. Publié ce lundi 14 mai, celui-ci traite de la question du partage des bénéfices au sein du CAC40, groupe qui réunit les plus grandes entreprises françaises. Les résultats présentés, qui se basent sur les données publiées par les compagnies entre 2009 et 2016 ainsi que des questionnaires envoyés par Oxfam, sont édifiants.

La France championne du monde des dividendes !

D'après l'ONG dirigée par Cécile Duflot, plus de deux tiers (67,4%) des bénéfices du CAC40 depuis 2009 ont été reversés aux actionnaires, faisant de la France "le pays au monde où les entreprises cotées en bourse reversent la plus grande part de leurs bénéfices en dividendes aux actionnaires". Cette évolution est relativement récente, puisque dans les années 2000 moins d'un tiers des bénéfices étaient dépensés en dividendes. Surtout, cette tendance se fait au détriment des salariés, qu'Oxfam qualifie de "grands sacrifiés de ce partage inégal" : 5,3% des bénéfices seulement leur sont versés sous forme d'intéressement et de participation. Une somme 15 fois inférieure aux dividendes. La confédération calcule même que si les entreprises du CAC40 avaient maintenu en 2016 le même niveau de dividendes qu'en 2009, "l'ensemble des travailleurs du CAC40 dans le monde auraient pu voir leurs revenus augmenter en moyenne d'au moins 14.000 euros sur la période, soit plus de 2.000 euros par an et par employé".

L'investissement, ce grand oublié

tyle="background-color: white; box-sizing: border-box; font-family: "Crimson Text", serif; font-size: 20px; margin-bottom: 30px;"> Autre secteur considérablement affaibli par ces dividendes records : l'investissement, pourtant un élément essentiel de la bonne santé économique des entreprises. Seuls 27,3% des bénéfices lui sont consacrés. Oxfam prend un exemple pour illustrer les choix stratégiques opérés par les grandes boîtes françaises : en 2011, confrontées à une baisse de plus de 10% de leurs bénéfices, les entreprises du CAC40 ont... augmenté de 5,9 milliards d'euros leurs dividendes (plus de 15%) et retiré 17 milliards d'euros d'investissement (-38% tout de même).




Des écarts de rémunération indécents

Mais au-delà de la question des dividendes, tout sens de la justice sociale et de la décence semble avoir quitté les pontes du CAC40. Les écarts de rémunération qui y règnent relèvent presque de l'absurde : en 2016, les patrons du CAC40 gagnaient en moyenne... 257 fois le SMIC, et même 119 fois plus que la moyenne des salariés de leur entreprise. 
Oxfam dénonce l'alimentation consciente et organisée d'une "spirale des inégalités" au sein du CAC40 : "Afin de maximiser leurs bénéfices et la rémunération de leurs actionnaires, les entreprises exercent une pression à la baisse sur les salaires au sein de leurs groupes et dans leurs chaînes d’approvisionnement et multiplient les techniques pour échapper à l’impôt, y compris en utilisant les paradis fiscaux pour des montages d’évasion fiscale", écrit l'ONG. En effet, à mesure que les dividendes et les écarts de rémunération augmentaient, le recours aux paradis fiscaux s'est également accru au sein des grandes entreprises françaises : 1.454 filiales situées dans des paradis fiscaux étaient détenues par le CAC40 en 2016.
Source : https://www.marianne.net/economie/un-rapport-d-oxfam-etale-l-indecente-absorption-des-richesses-par-le-cac40
Ce qui ne figure pas ici, c'est par exemple que des dividendes sont versés, même si l'entreprise est déficitaire, on atteint ainsi le summum de la délinquance en col blanc "autorisée", les actionnaires, ayant en outre transféré le risque qu'ils couraient jusqu'ici, "sur l'investissement", autre forme de délinquance en col blanc, puisque l'actionnariat était sensé jusqu'à présent être à risque : ex : vous gagniez vous encaissiez, vous perdiez, vous attendiez des jours meilleurs et bien non c'est fini...
PATRONS VOYOUS, ACTIONNAIRES VOYOUS, LE PREMIER DE CORDÉE VOYOU, TOUT SE TIENT... 
Résultat de recherche d'images pour "macron voyou"

Sélection du message

COUPE DU MONDE 2018 : LES FAVORIS ET LES COTES...

1. Coupe du Monde Pronostics : A l’heure où la bataille fait rage dans les différents groupes de qualification, Netbet propose à ses ...

ARTICLE A LA UNE