ALERTE A LA SCHISTOSOMIASE OU VER TUEUR...

DEADLY PARASITIC WORM COMING TO EUROPE DUE TO THIRD-WORLD MIGRATION

Hundreds to thousands of eggs are produced daily by each female worm.

Un ver parasite meurtrier arrive en Europe en raison de la migration du Tiers Monde

UN VER PARASITE MEURTRIER ARRIVE EN EUROPE EN RAISON DE LA MIGRATION DU TIERS MONDE

Des centaines à des milliers d'œufs sont produits chaque jour par chaque femelle.


Les médias ne vous en parlent jamais, mais outre les diplômes qu'ils sont sensés amenés avec eux pour notre plus grand bien, certains migrants amènent aussi des maladies, des infections et des parasites, comme ce charmant ver tueur !

Préambule : La bilharziose ou schistosomiase est une maladie parasitaire due à un ver hématophage, le schistosome. Elle est présente dans les zones tropicales et subtropicales : en Afrique, en Amérique du Sud, en Asie et dans le bassin méditerranéen. C'est la seconde endémie parasitaire mondiale après le paludisme avec une prévalence de 180 millions d’individus affectés, pour environ 280,000 décès chaque année. La morbidité observée chez les populations humaines infectées est essentiellement liée à l’étonnante fécondité du parasite femelle dont les œufs, pondus par centaines chaque jour, sont piégés dans de nombreuses muqueuses et tissus formant des granulomesLa première bilharzie est découverte au Caire en 1852, par le pathologiste allemand Theodor Bilharz.

Résultat de recherche d'images pour "schistosomiase humaine"

Karl Hoffmann, professeur de parasitologie à l'Université Aberystwyth, écrit dans The Independent : Il n'y a pas si longtemps, on croyait que les maladies humaines causées par les vers parasites se limitaient aux communautés pauvres en ressources en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud. 

Mais à l'ère des voyages mondiaux et du changement climatique, les vers parasites se déplacent lentement mais sûrement dans certaines parties de l'Europe et de l'Amérique du Nord. Les conséquences à long terme de l'augmentation de la distribution parasitaire des vers sont difficiles à prévoir, mais les dommages causés par l'infection mettent en évidence la nécessité de développer des stratégies de contrôle qui peuvent atténuer cette menace du 21ème siècle pour la santé mondiale.
[...] La schistosomiase - causée par une infection par des vers plats schistosomiens sanguins - touche chaque année des centaines de millions de personnes, entraînant souvent la mort de milliers de personnes et des centaines de milliers de victimes. Son impact est si grand que certains ont prétendu qu'il est le deuxième derrière le paludisme, à l'échelle des maladies parasitaires dévastatrices.
Environ 85% de la schistosomiase humaine est actuellement présente en Afrique subsaharienne, mais des foyers ont récemment été signalés sur l'île méditerranéenne de Corse. Les gens deviennent infectés par les parasites lorsqu'ils entrent en contact avec certains types d'escargots d'eau douce qui produisent des schistosomes de stade infectieux pour l'homme. Ces vers parasitaires pénètrent rapidement dans la peau et se transforment en schistosomes mâles et femelles adultes dans les vaisseaux sanguins entourant les intestins ou la vessie des individus infectés.
Résultat de recherche d'images pour "schistosomiase humaine"

Des centaines à des milliers d'œufs sont produits chaque jour par chaque femelle. Et, une fois qu'elles sont piégées dans les organes humains, ces œufs induisent des complications chroniques telles que l'inflammation, la cicatrisation tissulaire, les déséquilibres hydriques, l'anémie et, éventuellement, la mort. Une proportion d'œufs qui migrent dans les intestins ou la vessie sera libérée dans l'environnement lorsqu'un individu infecté déféquera ou urinera. Si ces œufs atteignent l'eau douce, ils peuvent éclore et libérer des stades de schistosomes infectant les escargots, ce qui complète efficacement le cycle de vie.

Résultat de recherche d'images pour "schistosomiase humaine"
Source photo : http://www.doctissimo.fr/sante/diaporamas/parasites-homme/schistosomes-bilharziose-urinaire
Le manque de ressources pour soutenir des infrastructures appropriées d'assainissement de l'eau et des eaux usées contribue à la transmission de la schistosomiase dans les zones endémiques.
Voici un graphique des années 1940 :
Comme vous pouvez le voir, ce parasite est diffusé par des personnes qui défèquent (et urinent) dans les lieux publics, ce qui, comme nous le savons tous, est maintenant un problème majeur dans toute l'Europe.
Comme le disait le journal italien La Stampa l'année dernière , nous devrions être reconnaissants de cet apport de "millions de microbes, champignons, bactéries" (et maintenant parasites) que "notre monde avait perdu" pour enrichir notre "biodiversité" ! "
Une migration clandestine est en cours, imperceptible, mais tumultueuse et imparable. Elle traverse les frontières, se déplace de personne en personne et déverse sur l'Europe - dont l'Italie qui en est l'avant-garde - des millions de microbes, de champignons, de bactéries venant d'Afrique. 
Pour faire face à ce risque, nos défenses immunitaires sont faibles. Toujours moins de bactéries, toujours moins de variétés. À Florence, une équipe de chercheurs étudie depuis des années les microorganismes de notre corps, à partir de grandes données issues de séquences d'ADN. L'industrie alimentaire et ses procédés, la désinfection, l'utilisation massive d'antibiotiques dans l'agriculture a contribué à affaiblir de nombreux agents nocifs, mais elle a fini par éradiquer les agents essentiels, révèle Duccio Cavalieri, professeur au département de biologie de l'Université de Florence. Les probiotiques en sont un exemple. Nous les achetons dorénavant pour réintroduire dans notre corps des éléments qui étaient autrefois présents naturellement. 
Ayant éliminé les champignons, les bactéries et microbes immunitaires, nous sommes devenus fragiles. Moins riche. Une richesse que l'Afrique, dont les multitudes essaient de fuir, abonde. La grande migration, parmi ses nombreux effets, peut en cacher une autre qui est peu étudiée : des millions de bactéries envahissent l'Italie. Dans les populations africaines se cache une grande quantité (et variété) de micro-organismes que notre monde a perdu. 
Source : https://www.infowars.com/deadly-parasitic-worm-coming-to-europe-due-to-third-world-migration/

Sélection du message

PETITS ET GRANDS MÉDIAS : LES DERNIERS COURTISANS...

L'ancien patron de Macron, disait que pour faire ce métier (banquier) il faut être un peu "Pute"...Il en va de même pour la...

ARTICLE A LA UNE