ALLEMAGNE : L'HORRIBLE CRIME "CENSURÉ", QUI ÉCLABOUSSE LES AUTORITÉS...

Il DÉCAPITE UN BÉBÉ 

Le gouvernement accusé d'avoir tenté de cacher l'information ! 

Allemagne: Un migrant décapite un bébé et le gouvernement tente de le couvrir

Les autorités allemandes ont tenté de camoufler le meurtre brutal d'une Allemande et d'une petite fille d'un an à Hambourg par un immigré clandestin du Niger en attaquant l'appartement de l'homme qui avait posté une vidéo de l'incident en ligne.
Le 12 avril, Mourtala Madou, 33 ans, a poignardé son ex-petite amie allemande, Sandra P., et leur petite fille, Miriam, âgée d'un an, dans une station de métro de Hambourg. Le fils de trois ans de la femme était aussi un témoin du carnage.
Un chanteur de gospel nommé Daniel J. qui est arrivé au métro quelques instants après l'attaque et qui a filmé la scène sanglante sur son téléphone a vu que le bébé avait été presque ou complètement décapité.
"Oh mon Dieu. C'est incroyable. Oh Jésus, oh Jésus, oh Jésus. Ils ont coupé la tête du bébé. Oh mon Dieu. Oh Jésus ", il est entendu dire dans le clip.
Il est apparu par la suite que Madou, dont l'attaque avait été motivée par la perte d'une bataille de garde, avait proféré des menaces contre la femme et son bébé pendant des mois mais la police ne les a pas pris au sérieux. Un juge a également révoqué une ordonnance restrictive que Sandra P. avait prise contre Madou, après quoi il l'a directement menacée: Je vais tuer notre fille, et ensuite je te tue !
Un blogueur nommé Heinrich Kordewiner qui a trouvé la vidéo sur la page Facebook de Daniel J. a téléversé la vidéo sur YouTube, ce qui a fait de lui une cible pour les autorités.
"Quelques jours plus tard, une équipe de procureurs et d'agents de la police judiciaire de Hambourg est arrivée à l'appartement de Kordewiner avec un mandat de perquisition, et a confisqué son ordinateur, son téléphone portable et d'autres appareils électroniques pour" prouver " l'infraction". Il était - et est toujours - accusé d'avoir : téléchargé la vidéo », rapporte le Gatestone Institute .
Kordewiner et son colocataire ont raconté à Gatestone le raid qui a eu lieu à 6h45 du matin. Ils ont raconté que lorsqu'ils ont refusé d'ouvrir la porte, la police l'a forcée à ouvrir la porte et même à fouiller la chambre du colocataire. .
"Le policier a déclaré qu'il pouvait également rechercher des cartes SD (sécurisées)", a déclaré le colocataire à Gatestone. "Pendant qu'il fouillait les livres sur mon étagère, il m'a suggéré de retourner dans mon appartement. Il m'a dit de me détendre. "
Kordewiner a été accusé d'avoir "envahi la sphère privée" de la victime du meurtre, une loi obscure et à peine utilisée qui a été critiquée pour avoir compromis la liberté de la presse. La maison de Daniel J. a également été perquisitionnée par les autorités.
Ulf Bornemann, chef du département «Haine et Incitation» du parquet de Hambourg et membre de l'équipe qui a fait irruption dans l'appartement de Kordewiner, a défendu la loi pour avoir aidé à «s'attaquer au crime dans les réseaux sociaux».
L'implication ici est que Kordewiner commettait une sorte de crime haineux en postant la vidéo de la scène du meurtre parce qu'elle montrait les migrants sous un mauvais jour.
La raison invoquée pour le raid - une violation du droit à la vie privée - est fragile. Seuls les pieds de la victime peuvent être vus dans la vidéo, et même ceux-ci pour un court instant. Comme l'a souligné le quotidien Hamburger Abendblatt, la séquence "est floue, prise à distance et ne permet l'identification d'aucune personne".
Pendant ce temps, la publication allemande Welt online a publié une vidéo qui montre des images en gros plan de la victime - quelque chose qui n'a pas poussé les procureurs de l'État à agir. La principale différence entre les deux vidéos semble être le commentaire verbal sur la décapitation dans la vidéo de Daniel J. La prétendue violation des «droits à la vie privée» apparaîtrait alors comme un prétexte.
En résumé, les autorités ont probablement utilisé un prétexte fragile pour perquisitionner à la fois l'homme qui a filmé la vidéo et l'individu qui l'a posté en ligne pour envoyer un message à d'autres citoyens allemands et superviser une dissimulation de ce qui s'est passé. être décapité, ce que les autorités refusent toujours de confirmer.
La vidéo a maintenant été supprimée de tous les sites Web allemands et des chaînes YouTube.
Si c'était effectivement le plan des autorités de censurer les nouvelles et de garder l'information de la décapitation sous silence, alors il s'est retourné contre lui. En raison des rapports sur le raid, des milliers de personnes ont vu la vidéo, et des centaines de milliers ont entendu parler de la tentative de censure bâclée. Pire encore pour les prétendus censeurs, ils ont involontairement révélé les détails qu'ils voulaient cacher au public, écrit Stefan Frank.
Les tentatives du parti anti-immigration Alternative for Germany (AfD) de confirmer si l'enfant était décapité ont été repoussées quand le gouvernement de Hambourg, en violation de son devoir constitutionnel, a refusé de répondre, tout en noircissant de larges sections d'un rapport sur le les meurtres liés à la décapitation.
Le ministère de la justice de Hambourg a conclu son enquête en déclarant que «le double meurtre est un crime passionnel qui ne doit pas intéresser le public.
Résultat de recherche d'images pour "1984 orwell"
L'histoire, souligne l'état orwellien dans lequel l'Allemagne se trouve avec la criminalité croissante, qu'ils essaient de mettre sous le tapis en exerçant des pressions énormes sur les citoyens qui osent attirer l'attention sur ces faits, les traquant et les persécutant comme "la Stasi" en son temps...HONTEUX, PITOYABLE ET SURTOUT INQUIÉTANT POUR L'AVENIR... 
Selon de nouveaux chiffres de l'Office fédéral allemand de la police criminelle (BKA), la criminalité des migrants ciblant les citoyens allemands a augmenté de plus de 23% en une seule année.
Comme Reuters l'a reconnu plus tôt cette année, l'Allemagne a connu une «augmentation de deux ans des crimes violents», en hausse de 10% en 2015 et 2016. 90% de cette augmentation a été attribuée aux «jeunes hommes réfugiés».
Comme nous l'avons précédemment rapporté , en 2015, le principal radiodiffuseur public allemand, ZDF, a déclaré qu'il s'autocensurerait dans ses reportages sur la criminalité des migrants car, selon le rédacteur en chef Ina-Maria Reize-Wildemann, nous ne voulons pas enflammer la situation. la mauvaise humeur. [Les migrants] ne le méritent pas. 
Comme nous le documentons dans la vidéo ci-dessous (qui est interdite en Allemagne), plutôt que d'aborder directement la multitude de problèmes qu'importent environ 2 millions de «réfugiés», les autorités allemandes semblent plus enclines au lavage de cerveau façon "Stasi", contraignant leur population à accepter les nouvelle réalités du Pays, "de gré ou de force...".
Source : https://www.infowars.com/germany-migrant-decapitates-baby-government-tries-to-cover-it-up/
La vidéo censurée en Allemagne !
Notre société change radicalement...

The Mass Brainwashing of Germany 

Déjà 706 035 vues

Sélection du message

AIR FORCE ONE D'OBAMA : UN LUPANAR GÉANT EN PLEIN CIEL...

Rampant Drug Use On Obama's Air Force One Made "Awkward Hookups With Colleagues Funny And Bizarre"   "C&...

ARTICLE A LA UNE