PREMIERS CAS DE "VARIOLE SIMIENNE" EN EUROPE

Préambule : 

Monkey Pox (variole simienne)

Par Mary T. Caserta, MD, Professor of Pediatrics, Division of Infectious Diseases, University of Rochester School of Medicine and Dentistry; Attending Physician, Golisano Children’s Hospital at Strong, University of Rochester Medical Center

REMARQUE : Il s’agit de la version professionnelle. 
GRAND PUBLIC : Cliquez ici pour la version grand public

Résultat de recherche d'images pour "variole du singe"

Le virus de la variole simienne, de même que celui de la variole, fait partie du groupe des orthopoxvirus. Bien que le réservoir soit inconnu, la variole simienne est endémique chez les rongeurs et les singes des forêts humides d'Afrique, principalement en Afrique de l'Ouest et Centrale. La maladie humaine est observée en Afrique de manière sporadique et parfois endémique. La plupart des cas rapportés ont été dans la République démocratique du Congo; une augmentation récente de 20 fois de l’incidence est supposée être due à l'arrêt de la vaccination contre la variole en 1980.

Aux États-Unis, une épidémie de variole simienne s’est produite en 2003, quand des rongeurs infectés importés comme animaux de compagnie en provenance d’Afrique ont propagé le virus aux chiens de prairie (élevés comme animaux de compagnie), lesquels ont ensuite infecté des personnes dans le Midwest des États-Unis. L'épidémie a concerné 35 cas confirmés, 13 probables et 22 suspects dans 6 États des États-Unis, mais il n'y a eu aucun décès. En Afrique, la mortalité se situe entre 4 et 22%. Cliniquement, la variole du singe est semblable à la variole; cependant, les lésions cutanées sont plus souvent groupées et les adénopathies est plus fréquentes. Une infection bactérienne secondaire de la peau et des poumons peut survenir.

La différenciation clinique de la variole simienne par rapport à la variole et à la varicelle (un herpesvirus, et non un pox virus, Varicelle) peut être impossible. Le diagnostic repose sur la culture, la PCR, l'immunohistochimie ou la microscopie électronique, selon les examens disponibles. Le traitement est un traitement de support. Les médicaments potentiellement utiles comprennent le cidofovir, un médicaments antiviral, et des médicaments expérimentaux, le brincidofovir (CMX001) et le tecovirimat (ST-246); tous ont une activité contre la variole du singe in vitro et dans les modèles expérimentaux. Cependant, aucun de ces médicaments n'a été étudié ou utilisé dans les zones endémiques pour traiter la variole simienne. Les cas doivent être signalés aux autorités sanitaires

Sources : https://www.msdmanuals.com/fr/professional/maladies-infectieuses/virus-de-la-variole/monkey-pox-variole-simienne

'I caught monkeypox off a patient because of useless NHS gloves and I think I've given it to my husband,' says hospital worker after she becomes the third person in Britain struck down with the illness

Hospital worker who caught monkeypox blames 'pathetically small' NHS gloves  

A hospital worker who became the third person in the UK to be struck down with deadly monkeypox has blamed 'pathetically small' NHS gloves for failing to protect her - and fears she may have passed it to her builder husband.
The mother-of-two, from Fleetwood, Lancashire, is thought to have caught the possibly fatal virus while changing bedding at Blackpool Victoria Hospital.
The 40-year-old said: 'The gloves were too short to cover my arms and left my skin exposed while changing the bed. I think that's how I got infected'.
The healthcare assistant, who has not been identified, developed flu-like symptoms after working at the hospital, where one of the previous victims had been.
Her 50-year-old husband is also believed to have got the disease after his face broke out in spots - the tell-tale sign of the virus.  
A hospital worker who became the third person in the UK to be struck down with deadly monkeypox has blamed 'pathetically small' NHS gloves for failing to protect her. File photo
A hospital worker who became the third person in the UK to be struck down with deadly monkeypox has blamed 'pathetically small' NHS gloves for failing to protect her. File photo

She also told The Sun: 'They told us we weren't at risk – but that's obviously nonsense. I'm terrified about what may happen to me and my family.' 
The woman is the first person to catch monkeypox in the UK. She is now being treated by doctors in isolation at the specialist unit at the Royal Victoria Infirmary, Newcastle.
The previous two victims caught the virus in Nigeria before travelling to the UK. Officials today confirmed they are both also still receiving care in hospital. 
Public Health England (PHE) revealed the unidentified medic had treated the second patient at Blackpool Victoria Hospital.
The 40-year-old mother-of-two, from Fleetwood, Lancashire, is thought to have caught the possibly fatal virus while changing bedding at Blackpool Victoria Hospital (above, file photo)The 40-year-old mother-of-two, from Fleetwood, Lancashire, is thought to have caught the possibly fatal virus while changing bedding at Blackpool Victoria Hospital (above, file photo)
Commenting on the third case, Dr Nick Phin, deputy director of the National Infection Service at PHE, said: 'This healthcare worker cared for the patient before a diagnosis of monkeypox was made. 
'We have been actively monitoring contacts for 21 days after exposure to detect anyone presenting with an illness so that they can be assessed quickly. 
'It is therefore not wholly unexpected that a case has been identified.
'This person has been isolated and we are taking a highly precautionary approach to ensure that all contacts are traced.' 
Andy Welch, medical director of The Newcastle upon Tyne Hospitals NHS Foundation Trust, said: 'We are currently treating a patient who has been diagnosed with monkeypox. 
'The patient is in isolation and being cared for by specialist and highly trained staff who are experienced in dealing with a variety of infectious diseases.
'There is no risk to other patients and visitors and we have robust procedures in place to ensure our patients and staff are protected. In order to maintain patient confidentiality we will not release any further information.' 
PHE said it was following up with close contacts of the new patient to provide advice and monitor their health. 
The Government agency is also seeking to make contact with anyone who made contact with the individual in the 24 hours before they noticed a rash.
The viral disease was recorded for the first time in the UK on September 7 in a Nigerian national staying at a naval base in Cornwall.
The patient was transferred to the expert infectious disease unit at the Royal Free Hospital in London the following day.

DIDN'T THEY WARN IT COULD BE SPREAD THROUGH BEDDING?

Health chiefs issued an urgent monkeypox warning earlier this month telling doctors and nurses to avoid touching suspected cases with their bare hands.
Public Health England (PHE) gave out the official guidance after the second patient was struck down with the killer virus in the UK.
Officials revealed monkeypox can be spread through contact with clothing or linen, such as bedding or towels, used by an infected person.
They said medics must wear gloves when touching patients who could be infected and practise good hand hygiene because the disease can spread between people via a rash which develops into skin lesions which later scab and fall off.
PHE released the guidance in a document called 'Monkeypox: information for primary care'.
Officials believe both the first two patients caught the virus, often spread through handling monkeys and proves fatal in 10 per cent of cases, in Nigeria before flying to England
The medical professional is now being treated by doctors in the specialist unit at the Royal Victoria Infirmary, Newcastle (pictured) The medical professional is now being treated by doctors in the specialist unit at the Royal Victoria Infirmary, Newcastle (pictured) 
A second person was then confirmed to have been struck down with the virus on September 11. 
The unidentified patient first went to Blackpool Victoria Hospital with symptoms, before they tested positive for monkeypox. They were then sent for treatment at the Royal Liverpool University Hospital, a specialist centre.
Further information on the state of the first two patients has not yet been released.
Officials believe both the first two patients caught the virus, often spread through handling monkeys and proves fatal in 10 per cent of cases, in Nigeria before flying to England. 
Nigeria was hit hard by a virulent outbreak of monkeypox last September, with 89 people infected and six deaths recorded in March.
The country had not previously reported a case of the disease since 1978.
The most recent government figures, released last year, estimate there are 190,000 people that were born in Nigeria who currently live in the UK. 
Monkeypox is a rare viral infection that was first discovered in monkeys in 1958. While similar to smallpox, it is not as deadly.
The first case in a human was discovered in the Democratic Republic of Congo in 1970, and since cases have been reported in central and west African countries.  
Initial symptoms include fever, headache and chills. As the illness develops large welts can appear over the face and body.
Monkeypox resides in wild animals but humans can catch it through direct contact with animals, such as handling monkeys, or eating inadequately cooked meat.

WHAT IS MONKEYPOX?

Monkeypox - often caught through handling monkeys - is a rare viral disease that kills around 10 per cent of people it strikes, according to figures.
The virus responsible for the disease is found mainly in the tropical areas of west and central Africa.
Monkeypox was first discovered in 1958, with the first reported human case in the Democratic Republic of Congo in 1970. Human cases were recorded for the first time in the US in 2003 and the UK in September 2018.
It resides in wild animals but humans can catch it through direct contact with animals, such as handling monkeys, or eating inadequately cooked meat. 
The virus can enter the body through broken skin, the respiratory tract, or the eyes, nose or mouth.
It can pass between humans via droplets in the air, and by touching the skin of an infected individual, or touching objects contaminated by them. 
Symptoms usually appear within five and 21 days of infection. These include a fever, headache, muscle aches, swollen lymph nodes, chills and fatigue.
The most obvious symptom is a rash, which usually appears on the face before spreading to other parts of the body. This then forms skin lesions that scab and fall off.
Monkeypox is usually mild, with most patients recovering within a few weeks without treatment. Yet, the disease can often prove fatal.
Source: Gov.uk
The virus was recorded for the first time in the UK on Friday, September 7 in a Nigerian national staying  in Cornwall, who is now being treated at the Royal Free Hospital in London (pictured)The virus was recorded for the first time in the UK on Friday, September 7 in a Nigerian national staying in Cornwall, who is now being treated at the Royal Free Hospital in London (pictured)
It can pass between humans via droplets in the air, and by touching the skin of an infected individual, or touching objects contaminated by them. 
Most people who contract the disease recover within a few weeks, but in up to 10 per cent of cases it is fatal.
It comes after an eminent virologist earlier this month told MailOnline monkeypox infects 10 per cent of people who come into contact with sufferers.
Professor Earl Brown, at the University of Ottawa, said hospital staff treating the patient at are particularly at risk of catching the deadly virus.
Thirty-seven people were confirmed to have been struck down by monkeypox in an outbreak in the US in 2003.
It was the first time the disease, which had been confirmed in five states, had been reported in humans outside of Africa.
Monkeypox was two years ago named as one of 37 viruses that pose a potential threat to populations around the world.
University of Edinburgh listed the virus among MERS and two strains of Ebola, a haemorrhagic fever responsible for a brutal pandemic in 2014. 
https://www.dailymail.co.uk/news/article-6212293/Hospital-worker-caught-monkeypox-blames-pathetically-small-NHS-gloves.html

ROYAUME-UNI : LORD IVAR MOUNTBATTEN CONVOLE EN JUSTE NOCE AVEC...

A royal wedding like no other : The Queen's cousin Lord Ivar Mountbatten marries his love James Coyle in a romantic ceremony two years after coming out as gay - after being given away by his ex wife
Queen's cousin Lord Ivar Mountbatten marries in romantic ceremony two years after coming
Un mariage royal pas comme les autres : le cousin de la reine, Lord Ivar Mountbatten, épouse James Coyle dans une cérémonie romantique deux ans après son Coming out.

Pour beaucoup, c'est une route longue et sinueuse qui mène à l'autel. 
Pour Lord Ivar Mountbatten, père divorcé de trois enfants, le cheminement vers le bonheur matrimonial signifiait naviguer entre toutes sortes d'obstacles qui mettraient à l'épreuve les relations les plus fortes.
Mais hier, presque deux ans après la révélation de son homosexualité, le fils cadet du 3ème Marquis de Milford Haven et cousin de la Reine marquait le premier jour de sa nouvelle vie - marié à un homme.
Vingt-quatre heures plus tôt, Lord Ivar et son nouvel amour James Coyle ont échangé des alliances et des vœux devant 60 familles et amis, y compris ses trois filles fières. 
Lord Ivar Mountbatten (photo de droite) avec son nouveau mari James Coyle (photo de gauche) et son ex-femme Lady Penny Mountbatten (au centre)
Lord Ivar Mountbatten (à droite) avec son nouveau mari James Coyle (à gauche) et son ex-femme Lady Penny Mountbatten (au centre)

Il n’y a jamais eu de mariage comme celui-ci - le premier mariage entre conjoints de même sexe de la famille royale.
Une chorale de gospel et les toasts des invités qui ont soulevé des flûtes de "Pol Roger", le champagne préféré de Churchill.
Il y a vingt-quatre ans, la princesse Margaret était parmi les personnes présentes lors de la plus grande cérémonie au cours de laquelle Ivar a épousé sa femme Penny dans la maison ancestrale de la famille, dans l'Essex.
Il n'y avait aucun témoin royal pour le mariage, célébré dans la chapelle privée du Bridwell Park - un manoir classé Grade I près du village d'Uffculme dans le Devon, où Lord et Lady Mountbatten se sont installés et ont élevé leur famille dans l'orangerie.
Mais la bonne volonté de la famille élargie d'Ivar allait bon train. Il a reçu les plus chaleureuses félicitations de son ami de longue date, le prince Edward, de qui l’aînée des enfants, Lady Louise, est son parrain. 
Le comte et la comtesse de Wessex, qui sont également les parrains de ses deux filles aînées, n'ont pu être présent.
Edward et Sophie étaient au courant de leurs projets mais malheureusement ils ne pouvaient pas venir. Leurs agendas sont fixés des mois à l'avance et ils n'étaient pas libres, a dit Ivar, mais ils adorent James. 
Parce que Bridwell est utilisé pour des événements corporatifs et des mariages, la date de mariage d'Ivar et de James n'a pas pu être modifiée.
Lord Ivar et son nouvel amour James Coyle ont échangé des anneaux et des vÅ“ux devant 60 familles et amis, y compris ses trois filles fièresLord Ivar et son nouvel amour James Coyle ont échangé des anneaux et des vœux devant 60 familles et amis, y compris ses trois filles fières
"C'était le seul week-end dans l'agenda ou la maison était libre", explique James, un directeur des services de cabine des compagnies aériennes qui reviendra travailler aujourd'hui avec un vol long-courrier à destination de Rio de Janeiro.
La lune de miel vers la Grèce ou la Croatie - la destination reste à déterminer - a été reportée à plus tard dans l’année.
Mais comme tout ce qui est arrivé à ce couple élégant, qui a choisi des vestes en velours assorties pour leur mariage à la cravate noire, il a été géré avec un cool rassurant.
Ce n'était pas, bien sûr, tout à fait simple. Le mariage d'Ivar avec Penny s'est finalement essoufflé en 2011 quand ils ont fait savoir qu'ils s'étaient séparés.
Puis, il ya deux ans, il a fait sensation quand il a avoué avoir lutté avec sa sexualité pendant la plus grande partie de ce mariage de 17 ans. En fait, il savait depuis son adolescence qu'il était bisexuel. 
Penny était au courant avant notre mariage. que mon attirance allait dans les deux sens », a-t-il déclaré. Elle était compréhensive et je lui serai toujours reconnaissant.
Lord Ivar a avoué avoir lutté avec la sexualité pendant la plus grande partie de son mariage de 17 ans et avait su dès son adolescence qu'il était bisexuel.Lord Ivar a avoué avoir lutté avec la sexualité pendant la plus grande partie de son mariage de 17 ans et avait su dès son adolescence qu'il était bisexuel.
Il a finalement admis qu'il était gay après avoir trouvé satisfaction avec James, né à Glasgow, qu'il a rencontré en 2014 dans la station alpine suisse haut de gamme de Verbier, où Ivar et sa famille ont toujours skié.
Le résultat était plus heureux que l'un des deux n'osait l'espérer. Fait remarquable, la révélation n'a pas détruit la relation entre Ivar et son ex-femme Penny, mais l'a renforcée. 
Et quand leurs filles Ella, 22 ans, Alix, 20 ans, et Luli, 16 ans, ont suggéré d’abandonner leur père, l’idée non conventionnelle a pris racine.
Les événements qui ont duré un week-end ont débuté par un dîner de bienvenue de 30 personnes organisé par le couple vendredi soir. 
La cérémonie a commencé samedi après-midi, heure à laquelle 30 autres invités étaient arrivés. Aucun n'a apporté de cadeaux. Au lieu de cela, James et Ivar ont demandé à des amis de faire un don à Regain, l'organisme caritatif pour les blessures à la colonne vertébrale.
La chapelle de Bridwell, avec ses deux troupeaux de cerfs rouges et de daims broutant dans le parc de 140 acres, était ornée de fleurs. 
Neuf chanteurs de la chorale de gospel Teachers Rock de Bristol ont ajouté une touche distincte à la mode au service, qui a commencé avec l’escorte de son ex-mari dans l’allée de la chapelle.
Les invités sont ensuite allés à l'orangerie pour un dîner de lotte et des discours suivis de danses.
Jusqu'à présent, si normal - mais ailleurs, il y avait quelques différences subtiles par rapport à la cérémonie de mariage traditionnelle. Il n'y avait pas de gâteau à couper, mais plutôt une collection à plusieurs niveaux de leurs fromages préférés. Il n'y a pas non plus de projets pour que l'un ou l'autre homme change de nom.
Alors pourquoi ont-ils décidé de se marier ? 
"Je suppose que si nous nous étions rencontrés il y a dix ans, un partenariat civil aurait été bien, mais maintenant que le mariage entre un homme et un homme est légal, cela semble être la bonne chose à faire", déclare Lord Ivar.
J'ai déjà été marié et j'ai été très heureux, mais James ne l'a pas fait, alors je le vois comme une validation de mon amour pour lui.
À la surprise de beaucoup - y compris de lui-même, on soupçonne que Ivar ait pris sa revanche.
Être un Mountbatten n'a jamais été un problème, a-t-il déclaré.
L'arrière-arrière-petit-fils de la reine Victoria et petit-neveu de Earl Mountbatten, en Birmanie, a les photos pour lui rappeler sa place dans la société royale.
Les images le montrent lors de mariages et de baptêmes royaux, sur le balcon du palais de Buckingham et aux côtés de la reine sur le yacht royal Britannia. 
Dans beaucoup d'entre eux, il est photographié avec Penny.
Maintenant, une nouvelle série de photographies est installée dans le salon - pas de maître et de maîtresse, mais de "maître et de maître".
Sources : https://www.dailymail.co.uk/news/article-6199365/Queens-cousin-Lord-Ivar-Mountbatten-marries-romantic-ceremony-two-years-coming-gay.html

ANGLETERRE : PEUR SUR LES PRISONS...


Jihadis hijacked jail bible classes: Prison chaplain tells how he was terrorised by Muslim extremist inmates 'who backed ISIS and yelled support for the killers of Lee Rigby'

Prison chaplain tells how he was terrorised by extremist inmates who 'backed ISIS'
Les djihadistes ont détourné les classes bibliques de la prison : l'aumônier de la prison raconte comment il a été terrorisé par des détenus extrémistes musulmans «qui ont soutenu l'Etat islamique et ont crié leur soutien aux meurtriers de Lee Rigby»

Les militants islamiques ont détourné les classes bibliques d'un aumônier de prison et l'ont agressé physiquement et abusé à cause de sa foi chrétienne.
Le pasteur Paul Song décrit aujourd'hui comment il a été laissé dans un état de peur quasi constante après que des gangs musulmans, agissant en toute impunité, soient venus dominer la prison de Brixton dans le sud de Londres.
Résultat de recherche d'images pour "Lee Rigby"
Il a raconté dimanche à The Mail un incident effrayant lorsqu'un petit groupe a pris d'assaut son rassemblement dans la chapelle de la prison et a commencé à féliciter les djihadistes qui ont tué le soldat Lee Rigby à mort dans la rue.
«C'était obscène», a-t-il dit.
Pastor Paul Song describes how he was left in a state of near constant fear
Pasteur Paul Song décrit comment il a été laissé dans un état de 
peur presque constante

M. Song décrit comment un élément intransigeant est devenu de plus en plus puissant, menaçant les détenus vulnérables en leur disant de se convertir à l'islam pour leur propre protection. Le pasteur dit que beaucoup de ses collègues aumôniers bénévoles ont également été chassés par l’intimidation.
"Mes collègues n'en pouvaient plus", a-t-il déclaré.
Mes cours étaient souvent perturbés. Parfois, les détenus parlaient ouvertement dans la chapelle pour soutenir l'État islamique et les kamikazes. Et je ne pouvais rien y faire… Ils ont parlé avec une telle haine de la Grande-Bretagne que c'était effrayant.
À une autre occasion, M. Song, né en Corée du Sud, a déclaré qu’il avait été victime d’abus racistes, moqué et frappé dans le dos.
Cela lui faisait peur de s'attarder n'importe où dans la prison qui n'était pas couverte par la vidéosurveillance.
Malgré cette atmosphère menaçante, c'est M. Song qui a été accusé d'extrémisme. Un imam a pris la direction de l'aumônier en chef de Brixton et a empêché le pasteur de suivre ses cours évangéliques traditionnels car, a-t-il dit, une partie du matériel était trop radicale.
Le compte rendu inquiétant de M. Song sur la vie à l'intérieur de la prison de Brixton intervient à un moment où le service pénitentiaire connaît une crise croissante, qui est confrontée à la surpopulation et au manque de personnel. 
Gangs in the prison praised the killers of Lee Rigby (pictured)
In one chilling incident, extremists stormed his gathering in the prison chapel and began loudly praising the jihadis who hacked soldier Lee Rigby to death in the streetIn one chilling incident, extremists stormed his gathering in the prison chapel and began loudly praising the jihadis who hacked soldier Lee Rigby to death in the street
Dans un incident glacial, des extrémistes ont pris d'assaut un rassemblement dans la chapelle de la prison et ont commencé à vanter les djihadistes (Michael Adebolajo, à gauche et Michael Adebowale, à droite) qui ont tué le soldat Lee Rigby dans la rue.

Au cours des neuf derniers mois, 4 prisons ont été qualifiées de «défaillantes»Et vendredi, des milliers de gardiens de prison sont sortis pendant six heures pour protester contre des niveaux de violence sans précédent. Le secrétaire à la Justice, David Gauke, a concédé: «Le niveau de violence est trop élevé et nous sommes déterminés à l'abattre».
Le temps passé par M. Song à Brixton a brusquement pris fin en août de l’année dernière, quand il a été brusquement exclu de la prison où il avait donné 19 ans de service inlassable. Ils ont prétendu qu'il aurait traité un détenu de «terroriste» et se serait comporté de manière menaçante envers l'imam, ce qu'il a violemment nié.
12 mois après après avoir été initialement refusé à une audience équitable, il a été de nouveau autorisé et réintégré.
Andrea Williams du Christian Legal Centre, qui a pris en charge le cas de M. Song, a déclaré l’avoir qualifié de «croyance défiée par les extrémistes».
Elle a ajouté : "C'est merveilleux de voir la justice rendue."
M. Song a commencé à ressentir la pression peu après la nomination de l'imam Mohammed Yusuf Ahmed à la tête de l'aumônerie en 2015.
Il a déclaré que «l'agenda discriminatoire de l'imam est devenu clair dès le début», lorsqu'il a commencé à scruter le matériel utilisé dans les classes bibliques, affirmant qu'il était «trop radical» et que les opinions chrétiennes exprimées étaient «extrêmes».
Mr Song began to feel the pressure soon after imam Mohammed Yusuf Ahmed (pictured) was appointed as head chaplain in 2015
Mr Song began to feel the pressure soon after imam Mohammed Yusuf Ahmed (pictured) was appointed as head chaplain in 2015
Ce sont des cours traditionnels utilisés par les églises du monde entier. [L'imam] a déclaré qu'il voulait "changer la domination chrétienne " à l'intérieur de la prison ", a déclaré M. Song. Il a accepté d'arrêter de suivre ses cours, mais il a continué à travailler avec des prisonniers individuels.
L'imam a dit que je ne pouvais pas utiliser la chapelle, alors j'ai organisé une réunion de prière dans une cellule, mais l'imam a pu en entendre parler et était furieux. Il est très grand, intimidant physiquement et il ne cessait de me pousser à partir. J'y ai pensé mais j'ai aussi pensé, pourquoi devrais-je céder ?

M. Song  affirme que son licenciement après 19 ans de service a fait suite à un changement de pouvoir dans la prison du sud de Londres, où un contingent musulman radical, craint tant par les officiers que par les détenus, agissait en toute impunité.

M. Song, pense que ses jours étaient comptés, ainsi que pour d’autres volontaires chrétiens, après la nomination de M. Ahmed.

Décrivant un climat de peur au sein du HMP Brixton, M. Song, qui a quitté la Corée du Sud pour la Grande-Bretagne il y a 26 ans, a également déclaré:
  • Les détenus ont été forcés - dans certains cas par la violence - de se convertir à l'islam pour «protection»
  • Des détenus musulmans se sont moqués de lui, l'ont poussé et abusé, l'appelant "Chinky" et "Crazy Christian"
  • Il craignait pour sa sécurité et essayait toujours de s'assurer qu'il était en vue d'une caméra de vidéosurveillance
  • Que l'imam a juré de changer ce qu'il a appelé la "domination chrétienne" à l'intérieur de la prison
  • Il a été contraint de tenir des réunions de prière dans une cellule,  parce que l'imam lui a interdit d'utiliser la chapelle de la prison.
M. Song a déclaré : J'ai été très contrarié par ce que ces hommes ont dit à propos de Lee Rigby ce jour-là, disant que le meurtre était justifié. J'ai essayé de les raisonner calmement, mais j'ai été rejeté.

Mes cours étaient souvent perturbés de cette manière. Deux ou trois d'entre eux venaient souvent à mes cours et se moquaient de différentes choses comme la façon dont les actions des kamikazes étaient justifiées. 

Je ne pouvais rien faire.

Pourtant, dans une ironie grotesque, c’est l’aumônier, et non les extrémistes, qui a été puni.

Parmi tous les éléments de son histoire étonnante, la volonté apparente des autorités pénitentiaires est peut-être d’accepter facilement les allégations et de démettre M. Song sans chercher d’abord à entendre sa version des événements, ce qui est le plus troublant.

Il pense que l'examen le plus superficiel des «preuves» aurait trouvé les allégations infondées et dit qu'il s'est vu refuser une rencontre en personne pour se défendre. Bien que le bon sens ait finalement prévalu, il est étonnant qu'il veuille maintenant revenir, son devoir religieux passant avant toute autre considération certainement.

Mr Song began to feel the pressure soon after imam Mohammed Yusuf Ahmed (pictured) was appointed as head chaplain in 2015

L'attaque bizarre de l'imam contre Barbies : le prédicateur musulman de la prison de Brixton a déclaré que «les poupées pornographiques» étaient un signe du jour du jugement


L’imam de la prison de Brixton qui, selon Paul Song, a contribué à le forcer à partir de la prison avait lancé une attaque bizarre contre les poupées Barbie.

Mohammed Yusuf Ahmed a déclaré en 2011 : Les poupées Barbie appartiennent à l'étagère supérieure. Quel est l'intérêt d'une petite fille de quatre ans qui porte une poupée habillée pour aller en boîte de nuit ? A quoi sert une poupée aux atouts voluptueux ? C'est un signe du jour du jugement.

Pendant huit ans, il a été aumônier à temps partiel à la prison de haute sécurité de Woodhill à Milton Keynes, alors qu'il était également secrétaire général du Parti islamique de Grande-Bretagne. 

Le parti aurait préconisé la peine de mort pour des manifestations publiques d'homosexualité et voulait transformer la Grande-Bretagne en un État islamique.

En 2014, il a été rapporté qu'Ahmed, qui utilise également le nom Shaykh Yusuf Az-Zahaby, appartenait à l'organisation islamiste Al-Hikma Media, où certains prédicateurs ont préconisé de tuer des femmes ayant des relations sexuelles avant le mariage.

HMP Brixton, où M. Song a décrit une culture de la peur
HMP Brixton, où M. Song a décrit une culture de la peur

Certains détenus ont parlé avec une telle haine contre la Grande-Bretagne, le gouvernement et l'armée. C'était effrayant, a déclaré M. Song.

Le fait qu'il se soit habitué aux éclats est une mesure de la façon dont la situation est devenue folle à Brixton. 

Il a déclaré : Peu à peu, de nombreux aumôniers bénévoles chrétiens ont été intimidés et forcé de partir, avant que je sois l'un des rares à rester.

Avant d'émigrer en Grande-Bretagne, M. Song, aujourd'hui âgé de 49 ans, était détective dans la capitale sud-coréenne, Séoul. Il est devenu un chrétien né de nouveau avec un «désir brûlant» d'aider ceux qui sont en marge de la société, tels que les sans-abri, les toxicomanes et les prostituées. Pendant de nombreuses années, il a dirigé un refuge dans un presbytère de Brixton.

Le pasteur Paul, comme il était connu, est devenu un personnage populaire, familier et respecté. Extraverti et débordant d'enthousiasme, il se fait facilement des amis. Il est évangéliste mais, comme il l'a souligné, Jésus aussi. «Ça ne fait pas de moi un extrémiste», a-t-il ri. 

Les 43 000 personnes qui ont signé une pétition demandant sa réintégration après son licenciement seraient d’accord. Après que l'Église d'Angleterre eut vendu le presbytère devenu auberge, il décida de consacrer plus de temps au bénévolat à la prison de Brixton.

Un porte-parole de l'administration pénitentiaire a déclaré: "Il n'y a absolument aucune preuve à l'appui des allégations relatives au comportement extrémiste du HMP Brixton" (photo).

La relation avec les détenus, dont certains sont très dangereux, est venue naturellement. «Je pense que mon temps passé dans la police a aidé», a-t-il déclaré. Sa popularité s'est étendue et ses cours ont été très suivis, avec jusqu'à 80 prisonniers.

Ils se sont rencontrés dans la grande chapelle multiconfessionnelle, construite dans les années 1850 alors que le christianisme était essentiel à la réhabilitation. J'étais heureux que tout le monde ait utilisé la chapelle et je m'entendais toujours avec des gens de toutes les religions, a rappelé M. Song. 

Au début, il n'y avait jamais de problèmes.

Il a retourné la vie de nombreux détenus. Il y en avait un, très dangereux, qui a ouvert un homme de haut en bas et qui aimait dire qu'il allait le finir quand il serait sorti. Je l'ai aidé à trouver Dieu. Il est devenu un nouvel homme.

Il y avait trois aumôniers à temps plein - un catholique, un musulman et un anglican, le révérend Phil Chadder, qui dirigeait l'aumônerie. Mais en 2015, M. Chadder est passé à autre chose, créant un vide de pouvoir qui aura plus tard des répercussions importantes pour M. Song.

M. Song dit que des gangs extrémistes musulmans sont venus dominer sa prison: intimider les prisonniers pour qu'ils se convertissent à l'islam et l'agresser physiquement pour sa foi chrétienne

Il a décrit la situation d'intimidation à l'intérieur de la prison à ce moment-là : Les prisonniers m'ont parlé d'autres détenus qui ont été frappés, brutalisés et menacés par des gangsters musulmans qui leur ont dit de se convertir à l'islam pour leur propre protection.

Ils ont également déclaré que s’ils refusaient, ils s’assureraient de ne pas recevoir la nourriture de bonne qualité, la viande halal, par exemple, qui était servie tous les vendredis.

Ils ont aussi essayé de me convertir. Ils me criaient au visage, des choses en arabe comme «Allahu Akbar» - Allah est le plus grand. Ils critiquaient aussi le christianisme, le comparant défavorablement à l'islam.

Un jour, je traversais une section d'une aile, abritant beaucoup de prisonniers musulmans, lorsque l'un d'eux est venu par derrière, me frappant alors violemment dans le dos. 

Ils riaient tous en m'appelant "Chinky" et "Crazy Christian". C'était très effrayant et, dès lors, j'étais très conscient de ne marcher que là où je savais qu'il y avait la vidéosurveillance.

Après la nomination de l'imam Mohammed Yusuf Ahmed, le rôle de M. Song est devenu encore plus précaire. Les documents de la cour indiquent que M. Song dirigeait les cours Alpha, populaires dans les églises à travers le pays, jusqu'en 2013. 

Il a ensuite créé son propre cours, approuvé par M. Chadder. Mais ensuite, "l'agenda discriminatoire de l'imam est devenu clair dès le début", a déclaré M. Song. «Il a commencé à scruter le matériel de chacun de nos cours, disant que c'était « trop radical » et que les opinions chrétiennes exprimées étaient « extrêmes ».

M. Song a déclaré que l'imam n'avait pas précisé quel point de vue il considérait comme extrême, même si je n'avais jamais parlé du message de la Bible sur le pardon et la grâce.

"Ses commentaires ont été profondément blessants et n'ont pas tenu compte de mon bilan irréprochable au cours de mes deux décennies de service."

Il a dit qu'il était au courant des autres groupes chrétiens qui se sont rendus à Brixton et ont vu leurs cours arrêtés, ce qui a conduit à la fermeture de volontaires chrétiens.

De nombreux détenus ont fait des déclarations en faveur de M. Song. L'un d'eux, Nigel Williams, a fait l'éloge du travail de M. Song : Des centaines d'ex-prisonniers ont le plus grand respect et admiration pour Paul et diraient que ses actions ont amélioré leur vie. Les prisonniers ont été dévastés par son expulsion.

Il a ajouté que, même s'il y avait beaucoup de soutien pour les musulmans, peu de choses étaient faites pour les chrétiens, ajoutant que les gangs islamistes violents essayaient de propager leur religion par la force et radicalisaient les détenus.

Un autre ancien prisonnier, Jeremy Conlon, a déclaré dans un témoignage : 

Les prisonniers musulmans étaient de loin le plus grand gang qui dirigeait la prison sous la menace de violence. Les musulmans ont offert la protection aux convertis. Avec la pénurie de gardes, cette protection est devenue indispensable pour rester en vie ou tout au moins pour ne pas être maltraité.

Ceux qui ne se sont pas convertis, a déclaré M. Conlon, vivaient dans la peur. Il a déclaré qu'il était impossible de "dénoncer l'oppression sans risquer véritablement d'être attaquée".

Désespéré par sa situation, M. Song s'est tourné vers le Centre juridique chrétien, qui a demandé une révision judiciaire de son interdiction. En mai de cette année, M. Song a accepté de suspendre la procédure après qu'une enquête indépendante ait été promise.

Dirigée par Sara Pennington, gouverneure de la prison d'Elmley, elle a déclaré que M. Song devrait être réintégré après avoir suivi une formation pour avoir affaire à une «communauté multiconfessionnelle». Elle a déclaré que l'enquête initiale de HMP Brixton était «limitée» et qu'elle n'avait pas suivi la procédure régulière.

Pendant ce temps, l'imam a été suspendu pour une affaire sans rapport avec le cas de M. Song et la prison fait maintenant de la publicité pour un nouvel aumônier en chef. L'imam n'a pas pu être contacté pour commenter.

Andrea William, du Centre juridique chrétien, a déclaré : "C'est merveilleux de voir la justice rendue."

Un porte-parole de l'administration pénitentiaire a déclaré: "Il n'y a absolument aucune preuve à l'appui des allégations relatives au comportement extrémiste du HMP Brixton".

M. Song prévoit maintenant de reprendre ses cours. "Cela a été une période très difficile", a-t-il déclaré. "Pas un instant, je ne pensais que quelque chose comme cela pouvait arriver en Angleterre."

Sources : https://www.dailymail.co.uk/news/article-6172019/Prison-chaplain-tells-terrorised-extremist-inmates-backed-ISIS.html

Sélection du message

PRIX A LA CONSOMMATION JUIN 2019 : CA REPART A LA HAUSSE...

En juin 2019, les prix à la consommation augmentent de 1,2 % sur un an Variations définitives des indices de prix détaillés base 100...

ARTICLE A LA UNE